Comment Rennes veut faire de la magie un art qui n’est plus ringard

EVENEMENT La capitale bretonne accueille le plus grand festival d’Europe…

Camille Allain

— 

Le festival de magie de Rennes verra se produire le magicien français Charly.
Le festival de magie de Rennes verra se produire le magicien français Charly. — DR

« Un type qui coupe sa femme en douze, moi ça ne m’intéresse pas. D’abord parce qu’on l’a déjà vu cent fois et surtout parce que l’on n’y croit pas. Ce que je veux, c’est rêver. » Du haut de ses 50 ans, Gérard Souchet a troqué son costume de magicien pour enfiler celui d’ambassadeur de la magie. Il y a huit ans, le Rennais a organisé une poignée de spectacles dans la capitale bretonne, sans savoir qu’il venait de créer ce qui allait devenir le premier festival de magie d’Europe.

« Un art un peu méprisé »

Né à Rennes, son événement s’est aujourd’hui exporté à Angers, Bordeaux, Lyon, Lille et même jusqu’à l’île de la Réunion. Deux cent cinquante spectateurs la première année, des milliers attendus cette année. Un succès que son fondateur peine à expliquer. « C’est une aventure assez dingue car la culture de la magie est très peu développée. En France, c’est un art méconnu et donc un peu méprisé », estime Gérard Souchet. Il est vrai qu’à part Patrick Sébastien et son Plus grand cabaret du monde, peu de monde en parle.

Pour tenter d’enlever à la magie son côté paillette un peu kitsch qui lui colle à la peau, le Rennais invite chaque année les pointures de la discipline à se produire sur la grande scène du Triangle, mais aussi au plus près du public, dans des restaurants, et pour la première fois dans un camion-théâtre qui sera stationné place Hoche.

Avec l’idée de se rapprocher du public. « D’habitude, on voit ces performances à la télévision. Là, le public sera à quelques centimètres de Phil Keller [l’illusionniste se produira du 7 au 11 janvier]. Ce que nous voulons offrir, c’est une relation humaine, un moment d’émerveillement ».

Pour afficher sa singularité, le festival a aussi invité Nathalie Romier, première femme à remporter le championnat de France de magie. Une touche féminine dans un milieu très testostéroné. « Quand on parle de magicienne, on a l’image d’une potiche en slip qui sert d’assistante. Nous voulons montrer autre chose », martèle Gérard Souchet. Le magicien a jusqu’au 15 janvier pour réussir son tour.