Rennes: La ville s’attaque (encore) au problème des arcades de République

SECURITE Une convention sera signée avec la Poste et l’Etat…

Camille Allain

— 

Les ouvertures latérales des arcades de République, à Rennes, pourraient être closes, afin de chasser les dealers.
Les ouvertures latérales des arcades de République, à Rennes, pourraient être closes, afin de chasser les dealers. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Voilà plusieurs années que la ville de Rennes tente d’endiguer le trafic de stupéfiants sous les arcades de République. Après avoir annoncé la fermeture du passage, finalement refusé par l’architecte des bâtiments de France, et demandé le renfort des contrôles policiers, la maire de Rennes Nathalie Appéré a fait savoir ce mardi qu’une solution avait été trouvée. Une convention va être signée « dans les prochaines semaines » entre la ville, la Poste, propriétaire du palais du commerce, et l’Etat, a annoncé la maire lors de ses vœux.

Les accès latéraux fermés ?

Les trois signataires ont tous la volonté de fermer les accès latéraux, du côté de la rue de Nemours et de la rue Joffre, afin d’endiguer la présence des dealers car « la configuration des lieux est propice à la commission de faits de délinquance », selon la maire. Les arcades resteraient donc ouvertes aux passants, tout comme le passage de la Légion d’honneur faisant le lien entre le nord et le sud de la ville.

Grille, vitre ? Le palais construit au XIXe siècle étant classé, ce sera sans doute à l’architecte des bâtiments de France d’en décider. En 2014, le projet de vitres imaginé par la ville et la Poste avait été retoqué par le gardien du patrimoine local, jugeant qu’elles « porteraient atteinte à l’essence même de la conception du bâtiment. » « La convention que nous signerons montre cette fois l’engagement de l’Etat à nos côtés », espère Marc Hervé, adjoint en charge du commerce.

La présence de la police maintenue

Grâce à cette convention, le renforcement des patrouilles de police activé ces derniers mois sera maintenu et les images de vidéo surveillance de la ville et de la Poste seront mutualisées. Propriétaire du bâtiment, la Poste réfléchit également à valoriser ses locaux et pourrait accueillir des activités tertiaires, voire de nouveaux commerces.

La Ville aimerait quant à elle revoir tout l’aspect de la place de la République. Dans son discours, la maire a annoncé « une reconfiguration complète de la place et un projet architectural qui devra respecter cet emblème de notre patrimoine ». Elle n’en dira pas plus.