Affaire Balgelstein : Le collectif féministe reconnaît « avoir été naïf » et s'explique

POLEMIQUE Un faux courrier accusant l’enseigne a été publié sur Facebook…

C.A.

— 

Strasbourg le 7 octobre 2014. Bagelstein
Strasbourg le 7 octobre 2014. Bagelstein — G. Varela \ 20 Minutes

L’affaire a enflammé les réseaux sociaux mercredi. Posté sur le compte Facebook du collectif Féminismes Rennes 2, le faux courrier des dirigeants de Bagelstein continue de susciter le débat. Après le démenti de la direction de Bagelstein, qui vient d'annoncer qu'elle allait porter plainte, 20 Minutes, a pu joindre l’association étudiante, qui s’explique.

L’histoire remonte au 26 mai, quand quatre manifestants sont interpellés pour avoir agressé le gérant de la boutique Bagelstein de Rennes. Les quatre jeunes hommes qui voulaient dénoncer « la communication sexiste de l’enseigne » sont condamnés et incarcérés le lendemain soir.

>> A lire aussi: Affaire Bagelstein. Comment un faux courrier a enflammé le web

Ce courrier, que le collectif vient de récupérer, est daté du 27 mai. Le cachet de la Poste indique qu’il a été posté à Paris le 30, le siège de Bagelstein étant à Strasbourg. « On a été naïfs. Cette lettre, ça nous a paru très gros, mais ce sont les mêmes blagues que dans leurs publicités », explique une membre du collectif Féminismes Rennes 2, qui « ne s’attendait pas à autant de réactions ».

L’association étudiante s’interroge également sur l’origine de ce mystérieux courrier, égaré pendant six mois dans une boîte aux lettres de Rennes 2. « Qui a bien pu faire ça ? ». L’association étudiante assure cependant « ne pas regretter » d’avoir publié cette lettre. « Au moins, ça a fait resurgir le débat autour de l’humour sexiste. C’est une manière de refaire parler de cette question ».