Rennes: Comment des P’tits Doudous ont stoppé les pleurs des enfants à l’hôpital

SANTE L’association née au CHU de Rennes est aujourd’hui présente dans de nombreux hôpitaux…

Camille Allain

— 

Nolwenn Febvre, fondatrice de l'association Les P'tits Doudous de l'Hôpital Sud, à Rennes.
Nolwenn Febvre, fondatrice de l'association Les P'tits Doudous de l'Hôpital Sud, à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

L’idée a germé dans la tête d’une infirmière à bout de nerfs. Fatiguée par les pleurs déchirants des enfants soignés au service pédiatrie de l’Hôpital Sud, à Rennes, Nolwenn Febvre a eu l’idée de créer un jeu sur tablette pour accompagner ses jeunes patients jusqu’au bloc opératoire.

Sortie en 2014, l’application développée gracieusement par la société Niji est aujourd’hui cédée à de nombreux hôpitaux de France confrontés aux larmes des tout-petits. Partout où il est utilisé, le remède fait effet. « Nous n’avons quasiment plus de pleurs. Les enfants partent au bloc avec le sourire, puis s’endorment », assure l’infirmière anesthésiste.

L’enfant s’endort, sans s’en rendre compte

Plutôt que de se concentrer sur le plafond blanc de sa chambre et des angoissants couloirs de l’hôpital, l’enfant devient acteur de son séjour. Sur la tablette, il reconnaît le personnel qui va s’occuper de lui et peut voir ses parents. Au moment de l’endormissement, il lui faut gonfler un ballon virtuel le plus vite possible. Sans s’en rendre compte, il s’est assoupi. « Nous avons tous les jours des messages de parents qui nous remercient. C’est ça notre énergie », poursuit Nolwenn Febvre.

Les peluches Moulin Roty vendues au profit de l'association rennaise Les P'tits Doudous.
Les peluches Moulin Roty vendues au profit de l'association rennaise Les P'tits Doudous. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Deux ans après son lancement, le jeu de l’association des P’tits Doudous a pu être distribué dans treize hôpitaux français, dont une bonne partie dans l’Ouest, notamment grâce à l’épatant succès de la campagne Ulule l’an dernier. Mais la solution miracle imaginée à Rennes est très demandée, y compris à l’étranger, et nécessite de nouveaux fonds. « Plus on donne l’application, plus on a de service après vente à gérer. Aujourd’hui, nous sommes tous bénévoles. Nous avons besoin de nous structurer », poursuit l’infirmière.

Moulin Roty fournit les peluches

Pour cela, l’association a lancé une grande vente de doudous en partenariat avec son soutien historique Moulin Roty, toujours sur le site Ulule. La société basée près de Nantes a ainsi fabriqué 4.000 peluches vendues en partie au profit des P’tits Doudous.

Au-delà du bien-être des enfants et de leurs parents, l’association a aussi facilité la vie du personnel des établissements. En imposant aux hôpitaux de créer leur propre filière de recyclage pour s’autofinancer, Les P’tits Doudous ont réussi à fédérer les équipes. « Dans les hôpitaux, les conditions de travail ne s’arrangent pas. Alors ça fait du bien de savoir que le personnel est mieux. On préfère endormir un enfant qui joue plutôt qu’un enfant qui pleure. Ils sont mieux pris en charge. »

Dans les années à venir, l’association aimerait développer de nouveaux jeux, en associant soignants et informaticiens. « Il faudrait accompagner l’enfant avant l’hospitalisation, mais aussi lors de son retour à la maison. Les études montrent qu’il y a un réel intérêt ».