A peine inauguré, le téléphérique de Brest est déjà à l’arrêt

TRANSPORTS Une série de défauts techniques ont été observés ces derniers jours…

J.G. avec AFP

— 

Le téléphérique urbain de Brest a été inauguré le 19 novembre.
Le téléphérique urbain de Brest a été inauguré le 19 novembre. — F. Tanneau/ AFP

On a connu des débuts plus réussis. Mis en service le 19 novembre en présence de la ministre de l’Environnement Ségolène Royal, le téléphérique de Brest est déjà à l’arrêt. Son exploitant Keolis a en effet décidé ce mercredi de stopper son fonctionnement en raison d’une série de « petits défauts techniques ». Il devrait de nouveau fonctionner à partir de lundi.

« Comme tout nouveau système, il y a une petite phase d’apprentissage de la manière dont il fonctionne », a indiqué Cyril Mascé, directeur de la communication de Keolis.

Soixante passagers transportés à chaque trajet

Premier téléphérique en France en zone urbaine, l’équipement a transporté depuis son inauguration quelque 40.000 personnes au-dessus de la Penfeld, la rivière qui coupe la ville de Brest en deux. Ses deux nacelles peuvent embarquer chacune jusqu’à 60 passagers pour un trajet de 420 mètres réalisé en moins de 3 minutes.

D’un coût de 19 millions d’euros, il a été construit par le groupe spécialisé dans les remontées mécaniques et les parcs d’attractions Bartholet, dont des experts étaient en route ce mercredi pour Brest.