« Louise en Hiver », premier long-métrage d’animation 100% breton

CINEMA Le dessin animé de Jean-François Laguionie sort ce mercredi au cinéma…

Camille Allain

— 

Extrait du long-métrage d'animation
Extrait du long-métrage d'animation — JPL Films

C’est une petite révolution qui secoue le cinéma d’animation. Après la sortie de « Ma vie de courgette » il y a quelques semaines, les cinémas français projetteront à partir de mercredi un autre dessin animé 100 % français, loin des grosses productions des studios Pixar ou Disney. « Louise en Hiver » fait même plus fort, en devenant le premier long-métrage d’animation 100 % breton.

« Un coup de foudre avec les gens »

Natif des Cévennes, son réalisateur, le maître de l’animation Jean-François Laguionie, est tombé amoureux de la région lors d’un repérage pour son film « L’île de Black Mór ». Il n’est jamais reparti. « Ça a été un coup de foudre avec les gens. Surtout pour moi, qui venais d’un pays avec un climat beaucoup plus sec. Autant sur la météo que sur le tempérament des gens », glisse le réalisateur, aujourd’hui âgé de 77 ans.

L’intrigue de « Louise en Hiver » se déroule d’ailleurs sur une plage « qui pourrait être sur la côte bretonne », selon son réalisateur. On y découvre Louise, une attendrissante retraitée, restée bloquée tout l’hiver dans une station balnéaire du littoral vidée de tous ses habitants. « Chaque matin, je découvre un autre ciel, une autre plage, rien que moi », lance l’héroïne du dessin animé, peu bavarde. « C’est un film très intime, qui doit procurer des émotions par ses images, mais aussi par sa musique, son histoire, ses bruitages », explique Jean-François Laguionie.

A lire aussi: «Mon film est une ode à la liberté», dit Laguionie

Pour le réaliser, son auteur s’est appuyé sur le studio JPL Films, basé à Rennes, et réputé pour son travail artisanal. « Il fallait donner l’impression que tout avait été peint à la main. Nous n’aurions pas pu faire tout ça avec un grand studio », assure Jean-François Laguionie. « Il a toujours voulu préserver le côté artisanal du dessin animé », embraye Jean-Pierre Lemouland, patron du studio JPL.

Le réalisateur Jean-François Laguionie lors de l'avant-première de son film d'animation
Le réalisateur Jean-François Laguionie lors de l'avant-première de son film d'animation - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Acclamé par la critique, le film sort ce mercredi dans une soixantaine de salles françaises. Le distributeur espère voir la vie du dessin animé se prolonger dans les cinémas indépendants.