Rennes : Taxés de « policiers nationaux refoulés », les municipaux l’ont mauvaise

SOCIAL Malgré des annonces de la ville, un préavis de grève illimité a été déposé à partir du 17 novembre…

Jérôme Gicquel

— 

Illustration de policiers municipaux en patrouille à Strasbourg.
Illustration de policiers municipaux en patrouille à Strasbourg. — Gilles Varela / 20 Minutes

Alors que les policiers nationaux continuent d’exprimer leur colère dans la rue, les policiers municipaux de Rennes ne sont pas en reste. Ce sont des propos tenus le 19 octobre dernier par Hubert Chardonnet, adjoint en charge de la sécurité, qui ont mis le feu aux poudres. Selon les syndicats, l’élu aurait lors d’une réunion qualifié les policiers municipaux de « policiers nationaux refoulés ».

>> A lire aussi : Rennes: Faut-il armer la police municipale ?

« Ces propos sont inacceptables de la part d’un élu. Les policiers municipaux se sont sentis humiliés », dénonce Jérôme Jourdan, secrétaire général du syndicat FO Territoriaux à la ville de Rennes. Cette polémique intervient alors que les policiers municipaux réclament depuis plusieurs mois des équipements supplémentaires pour leur défense.

Des renforts annoncés par la municipalité

En mars dernier, les syndicats Sud et FO avaient ainsi écrit à la maire de Rennes pour demander que les policiers municipaux soient armés. « Les agents doivent faire face à des missions de plus en plus tendues et à des individus de plus en plus violents, notamment sur le secteur de République. Ils souhaiteraient au moins avoir un taser pour leur défense », indique Jérôme Jourdan. Pour appuyer la demande des agents, le syndicat FO a décidé de passer à l’offensive en déposant un préavis de grève illimité qui débutera le 17 novembre.

>> A lire aussi : Rennes: Entre violences et trafic, la tension monte à République

Pour tenter d’éteindre la colère, Hubert Chardonnet a pourtant annoncé quelques bonnes nouvelles aux policiers municipaux mercredi soir lors d’une nouvelle réunion. La création de nouveaux postes et d’une brigade canine a ainsi été évoquée. « Mais on ne connaît toujours pas pour l’heure le nombre d’agents que cela représente », souligne Jérôme Jourdan. Contacté, l’élu en charge de la sécurité n’a pas donné suite à nos sollicitations.