VIDEO. Finistère: Le Préfet prêt à rencontrer les teufeurs après l'interdiction d'une rave

BOOM-BOOM Les gendarmes sont arrivés en force sur le site dimanche pour interrompre la soirée, faisant usage de gaz lacrymogène…

D.B. avec AFP

— 

Illustration d'une rave-party.
Illustration d'une rave-party. — Maisonneuve / SIPA

Ce week-end, une rave a été interrompue par 70 gendarmes sur un terrain de Commana, dans le Finistère. A la demande de la préfecture, ils ont saisi le matériel sonore, en usant de gaz lacrymogène, laissant les 4.000 « teufeurs » bretons sous le choc, eux qui s’étaient habitués depuis des années à la bienveillance des autorités.

« Le préfet est prêt à rencontrer les organisateurs afin de discuter d’un modus operandi pour réaliser à l’avenir les choses de façon cadrée, a déclaré Jean-Daniel Montet-Jourdran, le directeur de cabinet du préfet du Finistère. Nous ne pouvons tolérer ce genre de rassemblement, sans autorisation. Il y a les nuisances sonores, mais l’aspect le plus préoccupant, c’est la sécurité. Un signal a été envoyé, mais à présent la porte est ouverte. »

Des voisins à l’origine des plaintes

Ce sont des voisins mécontents qui dans la nuit ont alerté les autorités de ce rassemblement autour de la musique techno. La free party n’avait été autorisée ni par la mairie, ni par la préfecture. Or un tel feu vert est indispensable pour tout rassemblement de plus de 500 personnes.

« On assume totalement le fait qu’on ait dépassé le nombre de personnes, et s’il y a des poursuites, on assume les conséquences », avait réagi auprès de l’AFP un des membres de l’organisation, mais « pourquoi ce déferlement de violence », s’était-il interrogé, visiblement stupéfait. « D’habitude, ça se passe très bien dans notre département », avait-il raconté.

Quelques teufeurs étaient toujours présents lundi matin sur le site, selon la préfecture.