Brest: Elle gardait une quarantaine de cadavres d’animaux dans sa propriété

JUSTICE La jeune femme a été condamnée à six mois de prison avec sursis…

J.G.

— 

Illustration d'une salle d'audience au tribunal correctionnel de Rennes.
Illustration d'une salle d'audience au tribunal correctionnel de Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Une femme de 29 ans était jugée vendredi devant le tribunal correctionnel de Brest suite à la découverte d’une quarantaine de cadavres d’animaux dans sa propriété de Milizac dans le Finistère, rapporte Le Télégramme. L’affaire remonte au 27 novembre 2015. Ce jour-là, la responsable de l’association Les Alfredes s’était rendue chez cette ancienne éleveuse canin à qui des animaux abandonnés étaient confiés.

Elle avait alors découvert sur place le cadavre d’un chien en état de décomposition. Le lendemain et les jours suivants, les gendarmes retrouveront en tout 47 animaux morts dans la propriété, dont 28 chiens, deux chats, une chèvre, une oie et plusieurs lapins.

Des animaux morts de faim ou de soif

« Certains chiens sont morts de faim enfermés dans leur box, et les chats sont morts de soif », expliquait à l’époque Klervie Talarmin, présidente de l’association Les Alfredes. Plusieurs associations de protection des animaux avaient déposé plainte dans cette affaire et ont manifesté vendredi matin devant les marches du tribunal.

Décrite comme « fragile psychologiquement », la jeune femme a été condamnée à six mois de prison avec sursis et à 500 euros d’amende, précise Le Télégramme. Elle n’a par ailleurs plus le droit de posséder un animal et a interdiction d’exercer la profession d’éleveur pendant cinq ans.