Loi Travail : A Rennes, les syndicats veulent « souffler sur les braises »

MANIFESTATION Une centaine de personnes étaient rassemblées ce mardi...

C.A.

— 

Fabrice Lerestif, secrétaire départemental du syndicat Force Ouvrière, ici le 18 octobre 2016.
Fabrice Lerestif, secrétaire départemental du syndicat Force Ouvrière, ici le 18 octobre 2016. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

La CGT avait annoncé un sit-in. Au final, tout le monde est resté débout. Mardi midi, une centaine de personnes étaient réunies sur l’esplanade De Gaulle à Rennes à l’appel des syndicats pour afficher leur opposition à la loi Travail.

Une toute petite mobilisation comparée aux manifestations précédentes, et notamment celle du 15 septembre, où 3.000 personnes avaient défilé dans les rues de Rennes. « On ne se faisait pas d’illusion », reconnaît Fabrice Lerestif, secrétaire départemental de Force Ouvrière. « Mais le pire pour nous, ce serait de dire aux gens qu’ils se sont mobilisés pour rien ces derniers mois. Il reste des braises. Il faut souffler dessus », enchaîne le leader local de FO.

« L’abrogation de la loi Travail est toujours possible »

Après des mois de lutte et des manifestations à répétition à Rennes, les représentants syndicaux tentent de trouver de nouvelles formes pour demander l’abrogation de la loi Travail. Force Ouvrière avait tenté le meeting de rue, la CGT a préféré le sit-in.

« Nous voulons montrer aux salariés qu’ils peuvent compter sur nous. Certaines entreprises négocient déjà des accords agressifs qui pénaliseront les salariés. A nous de les aider, de montrer que le syndicalisme est utile. L’abrogation de la loi Travail est toujours possible », assure Loïc Morel, secrétaire départemental de la CGT.