Rennes: Six ans après l'incendie, le chantier de la place Saint-Michel va enfin pouvoir démarrer

URBANISME Un incendie avait ravagé plusieurs bâtiments en 2010...

Camille Allain

— 

La place Saint-Michel à Rennes, ici le 17 octobre 2016, avait été ravagée par un incendie en 2010.
La place Saint-Michel à Rennes, ici le 17 octobre 2016, avait été ravagée par un incendie en 2010. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

« 21 juin 2010, soir de la Fête de la musique. Une cigarette mal éteinte et un drame évité de peu ». C’est par ces mots que la maire Nathalie Appéré a présenté le chantier de la place Saint-Michel à la délégation de l’Agence nationale de l’habitat qu’elle préside, venue à Rennes pour évoquer, entre autres, la rénovation du centre historique.

« Le chantier va pouvoir commencer »

Cela fera bientôt six ans et demi que l’incendie a ravagé la toiture de plusieurs bâtiments de la place emblématique de Rennes. Confié au groupe Giboire, l’aménagement devait débuter en 2015 pour une livraison estimée fin 2016, comme 20 Minutes l’évoquait en marge d’un conseil municipal en 2014. Mais seul l’immeuble situé à l’angle est aujourd’hui réhabilité. Les trois bâtisses les plus touchées ont bien été déconstruites, sans qu’aucune fondation n’ait pour l’heure été posée.

Le visage de la future place Saint-Michel, à Rennes, ravagée par un incendie en 2010.
Le visage de la future place Saint-Michel, à Rennes, ravagée par un incendie en 2010. - Giboire Immobilier

« Le lancement du chantier est lié aux travaux de confortement des immeubles voisins », argumente Jean Badaroux, directeur de Territoires, chargé de l’aménagement. Selon lui, les différents propriétaires ont réussi à se mettre d’accord en assemblée générale très récemment. « L’engagement des travaux de confortement a été validé. Le chantier va pouvoir commencer ».

Une livraison au mieux en 2018

Si ces deux bâtiments n’ont pas été mangés par les flammes, ils ont souffert du vent et de la pluie auxquels ils sont exposés depuis plus de six ans. Giboire devrait donc pouvoir lancer son chantier dans les mois à venir pour espérer livrer, au mieux, en 2018. Le promoteur immobilier aura pour obligation de construire un immeuble à pans de bois. Au total, 16 logements seront livrés dans deux bâtiments, ainsi qu’une cellule commerciale en rez-de-chaussée.

Le dossier de la place Saint-Michel a déjà pris beaucoup de retard. Face à la multiplicité des copropriétaires, incapables de se mettre d’accord sur les travaux à engager, la ville avait déclaré le projet d’utilité publique, ouvrant la voie à trois expropriations.