Rennes: Deux personnes restent toujours interdites de manifestation

SOCIAL Le tribunal administratif a levé la sanction pour quatre autres manifestants…

Jérôme Gicquel

— 

La dernière mobilisation contre la loi Travail remonte au 15 septembre à Rennes.
La dernière mobilisation contre la loi Travail remonte au 15 septembre à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Six jeunes âgés d’une vingtaine d’années comparaissaient ce lundi matin devant le tribunal administratif de Rennes. Ils réclamaient aux juges de suspendre l’arrêté préfectoral pris les 13 et 14 septembre leur interdisant de se trouver dans un large périmètre de la capitale bretonne les jours de manifestations.

Le préfet d’Ille-et-Vilaine avait justifié cette mesure en raison des dégradations et des violences commises par les individus lors des manifestations contre la loi Travail au printemps dernier. Le tribunal administratif a finalement suspendu cet arrêté pour quatre des jeunes. Les juges ont en effet estimé que cette interdiction était « une atteinte à leur vie privée et familiale, ainsi qu’à leur liberté de circuler », rapporte Ouest-France.

Un sit-in « revendicatif » mardi sur l’esplanade de Gaulle

L’interdiction de séjour à Rennes les jours de manifestations a en revanche été confirmée pour deux des manifestants. L’un d’entre eux avait été condamné fin mai à de la prison ferme pour des violences commises contre le gérant du restaurant Bagelstein. Il avait fait appel de cette sanction. La décision de la cour d’appel de Rennes est attendue mardi en début d’après-midi.

>> A lire aussi : Publicité sexiste: Pourquoi la petite affaire Bagelstein a-t-elle pris une telle ampleur?

Le jugement du tribunal administratif intervient à la veille d’un nouveau rassemblement contre la loi Travail dans la capitale bretonne. Malgré l’essoufflement de la mobilisation, l’intersyndicale appelle à un « sit-in revendicatif » mardi midi sur l’esplanade de Gaulle. « Plus que jamais déterminées, les organisations syndicales appellent à poursuivre la mobilisation jusqu’à l’abrogation de la loi et l’ouverture de négociations pour conquérir des droits nouveaux », préviennent les syndicats.