Rennes: Des associations «pas convaincues» par l'arrivée de la 3G et 4G dans le métro

TRANSPORTS Le test devait démarrer l'année prochaine...

Camille Allain

— 

L'intérieur du tunnel de la ligne A du métro de Rennes.
L'intérieur du tunnel de la ligne A du métro de Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

L’arrivée du réseau 3G et 4G dans le métro de Rennes à horizon 2017 ne fait pas que des heureux. Les associations hébergées au sein de la Maison de la consommation et de l’environnement (MCE) viennent de faire savoir qu’elles étaient « peu convaincues, pour ne pas dire pas du tout, par la nécessité de la mise en place de la 3G/4G dans le métro ». Dans un communiqué, elles expliquent être « inquiètes des conséquences sur la santé publique ».

Bien inférieur à la réglementation

Lors de l’annonce du projet, confié à la société TDF, le président de Rennes Métropole Emmanuel Couet avait expliqué que le niveau des champs d’exposition du public «devrait être inférieur à 1 volt/mètre », quand la réglementation fixe la limite à 28 volts/mètre. Les associations de la MCE demandent « la mise en place d’une commission de suivi ».

>> A lire aussi: Le réseau 4G bientôt déployé dans le métro

Il y a quelques jours, les élus écologistes avaient demandé « un contrôle de l’exposition aux rayonnements électromagnétiques », tout en rappelant que « ce projet d’accès au réseau a bien pour objectif de diminuer l’exposition générale aux ondes électromagnétiques ». Lorsqu’ils recherchent un réseau, les téléphones mobiles voient leur puissance augmenter et émettent des ondes.

Le métro de Rennes, où seules certaines stations aériennes ou peu profondes donnent accès au réseau, n’est donc pas un abri contre les ondes. « Ce projet constituera une avancée par rapport à la situation actuelle », estiment les écologistes. Le projet, estimé à 10 millions d’euros sera entièrement assumé par TDF. Rennes deviendrait la première ville de France à équiper son métro de réseau 3G/4G.