Pourquoi Rennes mise sur l’art contemporain

ART Une trentaine d’artistes sont exposés dans le cadre de la biennale qui a démarré samedi…

Jérôme Gicquel

— 

Les sculptures de Mark Manders sont exposées au musée des beaux-arts de Rennes.
Les sculptures de Mark Manders sont exposées au musée des beaux-arts de Rennes. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Sur le marché de l’art contemporain, Rennes n’a pas encore la renommée de Paris, Venise ou Bâle. Mais depuis quelques années, la capitale bretonne est bien décidée à jouer sa carte à fond. Depuis ce week-end, ce sont ainsi une trentaine d’artistes qui sont exposés aux quatre coins de la ville dans le cadre de la biennale Les Ateliers de Rennes.

Un événement qui a vu le jour en 2008 sous l’impulsion de l’homme d’affaires Bruno Caron, PDG du groupe agroalimentaire Norac (Daunat, crêpes Wahou…). Son credo : « rendre accessible au plus large public les développements récents de l’art contemporain ». D’abord assez confidentielle, sa biennale a finalement réussi à trouver son public en accueillant l’an dernier plus de 50.000 visiteurs.

De nouveaux lieux voient le jour depuis quelques années

« La biennale a le double mérite d’attirer un public plus large et de mettre en lumière toutes les structures qui œuvrent au quotidien dans la diffusion de l’art contemporain », indique Catherine Elkar, directrice du Fonds régional d’art contemporain (Frac) de Bretagne.

Pour Françoise Surcouf, rédactrice en chef du Magazine des Arts, l’arrivée de cette structure dans le paysage rennais en 2012 a également permis de relancer une dynamique. « Il y avait bien quelques galeries dans les années 90 mais c’est resté pendant longtemps le calme plat. L’art contemporain a commencé à vraiment se développer à Rennes il y a 5-6 ans avec l’inauguration du Frac et de la biennale bien sûr, mais aussi avec l’émergence de structures comme Lendroit Editions ou la galerie 40m3 », assure la journaliste.

L'art pour développer le tourisme urbain

Un phénomène qui devrait selon elle encore s’amplifier dans les prochaines années. « Rennes fait partie des villes qui offrent le plus de perspectives pour l’art contemporain et elle commence justement à être reconnue pour cela. Elle a de toute façon toujours été une ville créatrice. Pendant un moment, cela a été la musique. Pourquoi ce ne serait désormais pas le cas pour l’art contemporain », poursuit-elle.

En pleine métamorphose avec l’arrivée de la LGV, Rennes compte bien d’ailleurs miser sur la culture pour développer son tourisme urbain. « Rennes a toujours mis en avant l’art dans la ville. La LGV et le Centre des Congrès doivent permettre de mettre en avant cette spécificité », souligne Catherine Elkar.

L’expo des frères Bourroulec a fait le plein

Preuve de l’engouement du public pour l’art contemporain, plus de 50.000 visiteurs ont arpenté en début d’année l'exposition des frères Bourroulec. Dans son sillage, la ville réfléchit ainsi à renouveler ce type d’événement.

>> A lire aussi : Rennes: Clap de fin pour «l'exceptionnelle» exposition des frères Bouroullec

« Pas forcément chaque année, car il y a un gros travail à mener, mais il est certain que cette dimension artistique et culturelle participe à la renommée de Rennes et de sa métropole », conclut l’élue », indique Sylvie Robert, adjointe à la communication, et longtemps chargée de la culture à la ville de Rennes.­