Ligue 1: «Romain Danzé est le Paolo Maldini du Stade Rennais», assure Étienne Didot

INTERVIEW Avant le Celtico, le néo-Guingampais rend hommage à son ancien coéquipier...

Propos recueillis par Jeremy Goujon

— 

Étienne Didot et Jérémy Sorbon sont désormais partenaires à Guingamp.
Étienne Didot et Jérémy Sorbon sont désormais partenaires à Guingamp. — F. Lancelot / Sipa

Ayant repris l'entraînement collectif cette semaine, Étienne Didot, rétabli de sa pubalgie, figure pour la première fois de la saison dans le groupe de l'En Avant de Guingamp. À la veille du Celtico face au Stade Rennais (vendredi à 20 h 45), cela ne pouvait pas mieux tomber pour le milieu de terrain costarmoricain (33 ans)...

Cela n’aurait pas été la première fois qu’une blessure gâche votre retour à Rennes. On a l’impression que vous êtes maudit…

Je n’irai pas jusqu’à dire ça. C’est comme ça, ce sont les aléas d’une carrière. Mais ça aurait été dommage une fois de plus, parce que j’aime vraiment retourner jouer à Rennes.

>> A lire aussi : Toulouse: Etienne Didot, l'Iniesta du TFC, signe à Guingamp

Votre come-back en Bretagne était régulièrement évoqué ces dernières saisons, mais on vous attendait plus au Stade Rennais qu’à Guingamp…

J’ai failli entrer en contact à plusieurs reprises avec le SRFC au cours de mes huit années à Toulouse [2008-2016], mais les conditions n’étaient, à chaque fois, pas réunies. Au TFC, le club faisait ce qu’il fallait pour que je reste, et je me sentais bien là-bas. J’aurais pu être à Rennes ou dans un autre club breton. Je suis très content d’être rentré, et en arrivant à Guingamp, je signe un retour aux sources puisque c’est mon département [Didot est né à Paimpol].

Yoann Gourcuff est revenu au SRFC l’an dernier, Fabien Lemoine a manifesté publiquement son envie de rejouer en Ille-et-Vilaine… Ça aurait eu de la gueule de tous vous revoir dans votre club formateur, non ?

Ça aurait été sympa de se retrouver un jour. Personnellement, mon souhait de fin de carrière était de rentrer en Bretagne, peu importe l’endroit. Rennes a été un club important pour moi, Guingamp aussi à travers toute mon enfance. Ce retour aux sources me fait du bien. Pas forcément physiquement pour l’instant, mais moralement, oui.

>> A lire aussi : Stade Rennais-Guingamp: «Quand j'ai appris que ça s'appellerait Celtico, ça m'a fait rire»

Vous vous souvenez quand le président Frédéric de Saint-Sernin vous qualifiait de « Paolo Maldini rennais » ?

Oui, c’était peu de temps avant mon départ. C’est dommage, mais il y a des conditions qui font qu’on ne peut pas faire durer certaines choses. À ce moment-là, c’était compliqué pour moi avec l’entraîneur en place [Guy Lacombe]. Même si au club, j’avais de très bonnes relations avec tout le monde, c’était compliqué de continuer.

Finalement, le Paolo Maldini rennais, c’est Romain Danzé…

Complètement, en plus il joue au même poste. Il n’a pas la même chevelure (sourire), mais on peut dire que c’est le Paolo Maldini du Stade Rennais. C’est très bien pour Rennes et pour Romain, qui est un digne représentant de la Bretagne.