Stade Rennais: «Le club s'est déjà rendu compte de son erreur», déclare l'agent de Benoît Costil

FOOTBALL Le gardien international quittera l'Ille-et-Vilaine libre en fin de saison...

Jeremy Goujon

— 

Le gardien de but du Stade Rennais Benoît Costil, ici avec les Bleus lors d'un rassemblement à Rennes en novembre 2014.
Le gardien de but du Stade Rennais Benoît Costil, ici avec les Bleus lors d'un rassemblement à Rennes en novembre 2014. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Comme il l’a lui-même annoncé mercredi en conférence de presse, Benoît Costil quittera le Stade Rennais à la fin de la saison, six ans après l’avoir rejoint. Le gardien international (29 ans) partira donc « libre », puisque son contrat court jusqu’en juin 2017.

« Pour moi, c’est trop tard »

Déçu par la tournure des événements, le Caennais n’a pas hésité à tacler sa direction. « Pour prolonger, il faut avoir la proposition, posait le 3e portier des Bleus [depuis doublé par Alphonse Areola]. Il faut le savoir, je n’ai rien reçu, simplement une proposition à la baisse il y a quatre mois. Depuis, basta, terminé. Pour moi, c’est trop tard, on ira à la fin de mon contrat comme ça. »

Dans l’entourage du joueur, les mots sont encore plus durs. « Le Stade Rennais se moque de Benoît », nous confie ainsi un proche de Costil, dont le salaire à Rennes émarge, selon nos informations, à 70.000 euros mensuels… là où un salary cap est fixé à 100.000 €, ce qui n’empêche pas les exceptions à 130.000.

Moins vindicatif, l’agent de l’ancien Sedanais, Fabrice Picot, livre son sentiment pour 20 Minutes. « Jamais je ne dirai qu’un club se moque de qui que ce soit. On considère juste que la proposition de prolongation qui a été faite n’était pas en adéquation avec le statut qu’a Benoît, non seulement au Stade Rennais, mais aussi en équipe de France. »

« La situation a le mérite d’être claire »

Alors que l’annonce de son départ n’est pas vraiment une surprise, le dernier rempart rouge et noir n’a-t-il toutefois pas commis une erreur de timing dans sa communication, à deux jours d’un derby contre Guingamp et après seulement deux mois de compétition ?

>> A lire aussi : «C’est difficile de rester concentré en ayant Benoît Costil à ses côtés»

« À partir du moment où il est en fin de contrat et que la proposition de prolongation n’était pas en rapport avec les qualités de Benoît, je ne vois pas où est le problème de timing, répond Fabrice Picot. L’entraîneur est tout à fait averti de la situation, une situation engendrée par le Stade Rennais. On a eu des propositions pour partir [notamment une de la Fiorentina], mais Rennes a mis son veto, parce qu’ils ne trouvaient pas de gardien remplaçant. Avec ce qu’a dit Benoît, la situation a le mérite d’être claire. Et comme il l’a ajouté, il n’envisage pas un départ en janvier, par respect pour le club, et pour le coach avec lequel il travaille. »

Et si d’aventure le Stade Rennais cherchait à se faire « pardonner » avec, cette fois, une offre plus conforme aux attentes de l’intéressé ? « Le club s’est déjà rendu compte de son erreur, déclare l’agent de Costil. Dans la vie, dans les affaires, il y a des moments à ne pas rater. Et je pense que le moment de la prolongation de Benoît a été raté. »