Rennes: Klaxoon va vous faire adorer les réunions de boulot

TECHNOLOGIES La start-up vient de lever 5 millions d’euros pour se développer à l’international…

Jérôme Gicquel

— 

La Klaxoon Box ambitionne de rendre les réunions de travail plus vivantes.
La Klaxoon Box ambitionne de rendre les réunions de travail plus vivantes. — Klaxoon

Marre de la réunionite aiguë qui frappe votre entreprise et des présentations Power Point dont on ne capte pas grand-chose ? Pour rendre les réunions et les formations de boulot un peu plus fun, Klaxoon a fait le pari de l’interactivité. Tout cela grâce à des outils en ligne et à sa Klaxoon Box qui permettent aux formateurs d’interagir avec les participants.

« On sort du schéma classique des réunions où les gens écoutent très peu au final. On propose ainsi des sondages interactifs, des quizz pour permettre à tout le monde de participer, même les plus timides qui n’osent pas prendre la parole en public. Les gens n’ont qu’à se connecter sur leur smartphone, leur tablette et leur ordinateur pour prendre part à la réunion. Cela permet aussi un meilleur partage des connaissances », indique Mathieu Beucher, PDG de Klaxoon.

Des clients prestigieux comme Nestlé ou Dior

Lancée en 2015 par les équipes du groupe Regards qui a vu le jour en 2009, la start-up a connu une ascension fulgurante. En un an et demi, ses solutions touchent déjà 100.000 utilisateurs, répartis dans 114 pays dans le monde. Parmi ces clients, des marques prestigieuses comme Décathlon, PricewaterhouseCoopers, Nestlé, Dior ou la London Business School.

Début 2016, Klaxoon a encore fait parler d’elle en décrochant le prestigieux trophée des Innovation Awards décerné au CES de Las Vegas.

Xavier Niel investit dans la start-up

Pour assumer cette notoriété croissante et continuer de s’agrandir, la start-up a décidé de s’ouvrir à des investisseurs. Pari gagné avec 5 millions d’euros qui viennent d’être levés auprès de fonds d’investissement internationaux mais aussi de Xavier Niel, PDG de Free.

>> A lire aussi : CES 2016: Ce que la French Tech est partie chercher à Las Vegas

« Nous faisons 50 % de croissance par an depuis sept ans. Nous ne pouvions donc pas continuer tout seul. Tout cet argent investi va nous permettre de poursuivre notre développement », assure Mathieu Beucher, qui compte ouvrir plusieurs antennes à l’international dans les prochains mois.