Algues vertes: Le corps du joggeur décédé sera exhumé

ENVIRONNEMENT L'homme est mort il y a quinze jours...

C.A.

— 

Des algues vertes échouées sur une plage de Saint-Michel-en-Grève en 2011.
Des algues vertes échouées sur une plage de Saint-Michel-en-Grève en 2011. — Le Saux Lionel / Sipa

Le procureur avait annoncé « n’avoir rien à cacher ». Quinze jours aprèsla mort d’un joggeur dans la vase à Hillion, dans la baie de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor), le parquet a annoncé qu’il allait exhumer le corps du défunt. L’homme, âgé de 50 ans, avait été retrouvé mort le 8 septembre. La thèse de l’infarctus avait alors été retenue.

Un pompier témoigne

C’est l’association environnementale Sauvegarde du Trégor qui avait alerté la presse sur la présence d’algues vertes dans la zone où le joggeur est décédé. Face aux interrogations et après l’audition d’un pompier intervenu sur place, le procureur de la République a préféré demander des analyses complémentaires.

>> A lire aussi: Des associations s'interrogent après la mort d'un joggeur?

Le corps avait été remis à la famille qui l’avait inhumé, sans qu’il soit autopsié. Depuis, le parquet a demandé des analyses de la vase. « Contrairement aux éléments rapportés initialement au parquet, un pompier qui a procédé à la récupération du corps indique que celui-ci n’était pas enlisé jusqu’à la taille, mais allongé face contre terre sur la vase, le visage dans la boue », explique le parquet dans un communiqué.

La baie, régulièrement touchée par les marées d’algues vertes, avait déjà été le théâtre de la mort de plusieurs sangliers en 2011.