Rennes: Les cyclistes veulent circuler librement dans la métropole

TRANSPORTS Une manifestation a lieu jeudi soir en marge du conseil d’agglomération…

Camille Allain

— 

Illustration d'une cycliste circulant sur le mail François Mitterrand, à Rennes.
Illustration d'une cycliste circulant sur le mail François Mitterrand, à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Au pied de la cafétéria de l’université Rennes 2, les étudiants sont nombreux à venir observer les bicyclettes proposées à la vente dans le cadre de la foire aux vélos. Ici, les vieux cadres Peugeot, Manufrance et Motobécane remis sur pied par l’atelier La Petite Rennes ont la cote. Beaucoup viennent chercher un vélo ancien bon marché pour aller à la fac ou rentrer de soirée. « Il y a clairement une augmentation du nombre de cyclistes. Le problème, c’est que les aménagements ne sont pas toujours à la hauteur ».

« Proposer des aménagements réfléchis »

Ce constat, dressé par la présidente de Rayons d’action Odile Guernic, les cyclistes sont nombreux à le partager. Pour faire entendre leur voix, ils se réuniront ce jeudi devant le conseil de Rennes Métropole, comme ils l’avaient fait il y a un an sous les fenêtres du conseil municipal. « Il ne suffit pas de dire que l’on atteindra 20 % de part modale en 2020. Il faut proposer des aménagements réfléchis qui mettent les cyclistes en sécurité. Car c’est là le principal frein du vélo », poursuit Odile Guernic.

>> A lire aussi: Pourquoi la maison du vélo part sur un mauvais tempo

Si des efforts ont été consentis à Rennes, les itinéraires sont encore beaucoup plus hasardeux dans le reste de la métropole. « On n’encourage pas les gens à laisser leur voiture chez eux pour prendre leur vélo et aller au travail. Parfois, il n’y a pas besoin de grand chantier », poursuit la présidente.

Pour inciter à la pratique du vélo « longue distance », la métropole a pourtant sorti le chéquier, en investissant dans 1.000 vélos électriques. « Les retours sont très positifs. 60 % des usagers l’utilisent au quotidien à la place de la voiture », assure Jean-Jacques Bernard, vice-président de Rennes Métropole en charge des transports. Une nouvelle commande de vélos devrait d’ailleurs être passée l’an prochain.

Une grande enquête pour plus de fluidité

Le hic, c’est que les aménagements ne sont pas homogènes. Si les cyclistes peuvent circuler en toute sécurité entre Rennes et Vern-sur-Seiche, Saint-Jacques-de-la-Lande ou Cesson-Sévigné, d’autres territoires sont beaucoup moins bien dotés. Les associations aimeraient aussi un meilleur maillage entre les communes extérieures. « Le problème c’est que l’on parle d’investissements de voirie qui sont une compétence des villes, d’où le manque de continuité », relève Jean-Jacques Bernard. La situation devrait s’améliorer en 2017, quand la métropole récupérera cette compétence.

Une grande étude menée par la coopérative Extracité devrait également permettre d’analyser les points noirs. « Cette réflexion sera intégrée au plan de déplacement urbain qui sera validé d’ici la fin de l’année et appliqué en 2018. Nous serons plus cohérents, car nous aurons une stratégie globale », affirme l’élu.