Ligue 1: «Kombouaré a une voix particulière», trouve l'imitateur breton Marc-Antoine Le Bret

INTERVIEW L'humoriste originaire des Côtes-d'Armor se verrait bien parodier l'entraîneur de Guingamp...

Propos recueillis par Jeremy Goujon

— 

L'imitateur breton Marc-Antoine Le Bret, ici lors de la délocalisation d'« On n'est pas couché » à Cannes, en mai 2016.
L'imitateur breton Marc-Antoine Le Bret, ici lors de la délocalisation d'« On n'est pas couché » à Cannes, en mai 2016. — PJB / Sipa

L’En Avant de Guingamp recevra le FC Lorient, mercredi (19 h), pour le premier derby breton de la saison en Ligue 1. Un match que suivra attentivement l’imitateur et show-man costarmoricain Marc-Antoine Le Bret, attaché à l’EAG.

Quel est votre rapport aux derbys bretons ?

Je regarde toujours ça de près, surtout les Guingamp-Rennes. On va voir sur la durée, mais l’EAG a l’air d’avoir une bonne équipe cette saison. Quand on voit le nul obtenu d’entrée à Monaco [2-2, le 12 août], on se dit que c’est de bon augure pour la suite.

Peut-on vraiment vous considérer comme « supporter guingampais » ?

J’ai toujours un œil sur Guingamp. Des copains me proposent de temps en temps d’aller voir les matchs, mais malheureusement je ne peux pas, vu que je joue. J’ai plein de souvenirs : la Coupe Intertoto, les finales de Coupe de France, les descentes en Ligue 2, les montées en Ligue 1… Et puis cet immeuble juste à côté du stade, où les gens peuvent regarder le match depuis leur balcon, je trouve ça génial ! Sans oublier le kop, qui met toujours une très bonne ambiance.

>> A lire aussi : SRFC-EAG: «Dans un ascenseur pour huit, la porte se referme sur le 9e, Rennes»

Que vous inspire la rivalité avec les autres clubs de la région, en particulier celle avec le Stade Rennais ?

C’est une saine rivalité, il n’y a jamais vraiment de débordements. On l’a d’ailleurs constaté lors des finales au Stade de France, et c’est assez rare pour des derbys. Si je suis du genre à chambrer ? Oui, ça m’arrive.

Guingamp est-il devenu aujourd’hui le premier club breton ?

Je n’ai pas tous les chiffres concernant les palmarès complets, mais je vais rester chauvin en disant "oui". En termes de ratio budget/performances, l’EAG est en tête. Rennes n’arrive jamais à passer le cap, que ce soit en championnat ou en Coupe de France, alors que Guingamp a toujours cette capacité à créer des exploits. On sait que c’est un petit club, contrairement au Stade Rennais où il y a beaucoup plus de moyens. Il y a donc forcément moins d’attente, mais il se passe plus de choses à Guingamp.

Parmi les voix que vous imitez, il y a certaines personnalités liées au monde du sport, et du foot en particulier. Qui pourrait vous intéresser du côté de Guingamp ?

Le coach Antoine Kombouaré, ça peut être pas mal, il a une voix particulière. Mais elle n’est pas suffisamment reconnaissable pour pouvoir l’imiter. Hormis des gens très populaires comme Deschamps, Zidane ou Ribéry, je travaille sur d’autres joueurs, mais pour le coup, ceux de Guingamp, c’est plus compliqué.

Vous parlez de votre passion commune pour l’EAG avec Cyril Hanouna, même si la sienne semble relever de l’opportunisme ?

L’un de ses auteurs historiques est originaire du coin. Ensemble, on ne parle pas forcément des résultats sportifs, mais c’est marrant que Cyril puisse faire de la pub pour Guingamp.