Manifestations contre la loi Travail: Les commerçants de Rennes et Nantes seront indemnisés

MANIFESTATION Les pertes de chiffre d’affaires doivent être d'au moins 30%…

C.A.

— 

Un feu allumé esplanade de Gaulle à Rennes lors de la manifestation contre la loi Travail le 28 avril 2016.
Un feu allumé esplanade de Gaulle à Rennes lors de la manifestation contre la loi Travail le 28 avril 2016. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Comme annoncé vendredi, l’Etat a confirmé ce mardi la mise en place d’un dispositif d’aide aux commerçants de Rennes et de Nantes ayant subi des pertes de chiffre d’affaires liées aux manifestations contre la loi Travail. « C’est une mesure de solidarité nationale exceptionnelle », a précisé le préfet de Bretagne Christophe Mirmand.

Au moins 30 % de chiffre d’affaires en moins

A Rennes, l’enveloppe allouée par le Gouvernement sera de 600.000 euros maximum. On ignore pour l’heure le montant de l’aide pour la ville de Nantes. « Cette enveloppe, nous l’avons jusqu’à la fin de l’année et la clôture budgétaire. Mon souhait, c’est qu’elle soit utilisée et que ces 600.000 euros soient réinjectés dans l’économie rennaise », a poursuivi le préfet.

Pour prétendre à un accompagnement, les commerçants devront avoir subi une perte de chiffre d’affaires d’au moins 30 % sur la période de quatre mois où les mouvements contre la loi Travail ont perturbé le centre-ville. « Les aides seront en moyenne de 3.000 euros et pourront aller jusqu’à 10.000 euros », a assuré Christophe Mirmand. Ces aides de 10.000 euros ne concernent que les commerces justifiant une perte de 50% du chiffre d'affaires et seront limitées à 5% des dossiers. 

Un dispositif «à la hauteur des enjeux»

Egalement présente, la maire de Rennes Nathalie Appéré s’est dite satisfaite de cette annonce, formulée par Manuel Valls dans un courrier datant du 27 juillet. « Le Gouvernement a répondu aux demandes d’indemnisations. Ce dispositif inédit est à la hauteur des enjeux », a déclaré Nathalie Appéré.

Le préfet de Bretagne Christophe Mirmand, ici aux côtés de la maire de Rennes Nathalie Appéré, le 6 septembre 2016.
Le préfet de Bretagne Christophe Mirmand, ici aux côtés de la maire de Rennes Nathalie Appéré, le 6 septembre 2016. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Cet été, l’Etat a également pris en charge les franchises versées aux assurances par les commerçants sinistrés, comme l’avait annoncé Bernard Cazeneuve en mai. Un dispositif qui a coûté un peu plus de 100.000 euros.