Rennes: Entre violences et trafic, la tension monte à République

SECURITE L'arrivée massive de mineurs étrangers isolés a aggravé les problèmes...

Jérôme Gicquel

— 

Les arcades de République, à Rennes, où de nombreux jeunes traînent, vivant de petits deals de drogue.
Les arcades de République, à Rennes, où de nombreux jeunes traînent, vivant de petits deals de drogue. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

« Hey, tu cherches pas quelque chose ? » Sous les arcades de la place de la République, difficile pour les passants d’échapper aux remarques, parfois agressives, de jeunes dealers. La situation n’est certes pas nouvelle mais a sérieusement tendance, selon plusieurs sources, à empirer depuis plusieurs mois.

Face à ce climat d’insécurité, une riveraine de la place a lancé début août une pétition en ligne pour réclamer aux autorités de mettre fin au trafic de stupéfiants sur la place. « Les trafiquants agissent impunément à la vue de tous (…).Nous ne pouvons plus passer sur ce qu’ils ont acquis comme un territoire sans subir des réflexions de type drague lourde ou des invitations à la consommation de drogues », indique la pétition, signée pour l’heure par seulement 170 personnes.

Les personnels du Star victimes de violences

Jeudi, c’est le syndicat CFDT de Keolis qui est monté au créneau et a écrit au préfet pour l’alerter sur « l’augmentation du nombre d’agressions verbales et physiques » dont font l’objet les personnels de la Star.

« Nous sommes confrontés chaque jour sur la place de la République, sous les arcades de La Poste ainsi qu’à bord des bus et dans le métro à la présence de jeunes dealers, délinquants, "mineurs isolés"…, qui rendent l’exercice de notre métier de plus en plus périlleux », écrit le syndicat, demandant au préfet d’organiser une table ronde « pour trouver des solutions adaptées répondant à cette situation extrêmement dégradée ».

Les policiers réclament plus de sévérité

Même les forces de police reconnaissent que le climat s’est détérioré depuis plusieurs mois. « L’arrivée massive de mineurs étrangers isolés, qui sont d’ailleurs rarement mineurs, a aggravé les problèmes. Tous les jours nous en interpellons mais la plupart du temps ils ressortent libres », dénonce David Leveau, délégué régional du syndicat SGP Police FO.

« La seule solution est d’aller vers plus de sévérité. Il faut des réponses pénales qui ne donnent pas envie de recommencer et c’est loin d’être le cas pour l’instant », assure-t-il.

Les patrouilles vont être renforcées

Du côté de la ville de Rennes, on assure prendre très au sérieux la question de l’insécurité sur la place de la République. « On ne peut pas nous accuser de n’avoir rien fait. Nous avons déjà pris plusieurs mesures en renforçant notamment la présence des policiers municipaux, en supprimant les vieilles cabines téléphoniques ou en intensifiant l’éclairage public. La situation s’était améliorée il y a un an mais c’est vrai qu’il y a aujourd’hui de réels problèmes », assure Hubert Chardonnet, adjoint à la sécurité.

« Tout ne va pas se régler d’un claquement d’un doigt. C’est par une action permanente que nous arriverons à améliorer la situation et cela passe notamment par un renforcement des patrouilles de police », conclut l’élu.