Ligue 1: Les supporters lorientais sont «très en colère» contre le président Loïc Féry

FOOTBALL Le transfert du milieu de terrain Didier Ndong a du mal à passer dans le Morbihan...

Jeremy Goujon

— 

Le désormais ex-Lorientais Didier Ndong, ici face au PSG en février 2016.
Le désormais ex-Lorientais Didier Ndong, ici face au PSG en février 2016. — R. Pierre / Sipa

Lendemain de fin de mercato difficile pour les supporters du FC Lorient. Déjà soucieux après l’entame de championnat ratée de leurs protégés (trois défaites en autant de journées), les fans morbihannais l’ont eu mauvaise en voyant le milieu de terrain Didier Ndong, l’un des joueurs-clés de l’effectif, être cédé à Sunderland (Angleterre).

Un manque de prévoyance

« On savait qu’il partirait tôt ou tard, mais on pensait le garder au moins une saison de plus », pose ainsi Florian, capo du kop et responsable des Merlus Ultras. « Quand on voit comment on a galéré ces deux dernières saisons [Lorient a fini 16e en 2015, 15e en 2016]… Vendre Ndong après Raphaël Guerreiro [parti au Borussia Dortmund], ça laisse perplexe. »

Au-delà de l’exil de l’international gabonais, transféré pour la modique somme de 20 millions d’euros (bonus compris), c’est surtout le manque d’anticipation de la cellule recrutement du FCL qui agace. « Elle n’était pas préparée à pallier ce départ », estime Florian, en référence aux contacts établis sur le tard avec Fabien Lemoine (Saint-Étienne), Guillaume Gillet (Nantes) ou encore Abdoulaye Doucouré (Watford). C’est finalement un ancien de la maison, Arnold Mvuemba (libre de tout contrat), qui devrait combler l’absence de Ndong.

Demande de rencontre avec les dirigeants

Un éventuel retour loin d’atténuer la rancœur des aficionados du Moustoir. « On est très en colère contre la direction, déclare le chef des Ultras. Que fait le président Loïc Féry avec l’argent de ces transferts ? Depuis trois saisons, on est presque à 50 millions d’euros de vente, et concrètement, dans quoi ont-ils été réinvestis ? Hier, malgré les 20 millions, on n’a même pas été capables de dépenser cinq fois moins. À croire qu’il [Féry] ne retient pas les leçons du passé… »

Dépité, Florian, « à fond derrière les joueurs et l’entraîneur Sylvain Ripoll », envisage très prochainement de « demander des explications » aux dirigeants lorientais, et ce, « de manière orale », alors que deux matchs consécutifs à domicile se profilent à l’horizon (Nancy le 10 septembre, Lille la semaine suivante).

Lafesse aussi est inquiet

Pas de quoi rassurer le Pontivyen Jean-Yves Lafesse, « supporter du beau jeu et de plein d’équipes », mais sympathisant avéré du FC Lorient. « Je ne sais pas comment le club est géré, mais petit à petit, malheureusement…, semble regretter l’humoriste, joint par 20 Minutes. Même si on n’en est qu’au début de saison, il y a, bien sûr, largement de quoi être inquiet. » Pourvu que ça (ne) dure (pas).