Bretagne: Quand les collégiens gardent leur portable en classe

EDUCATION Certains établissements utilisent le smartphone à des fins pédagogiques…

Camille Allain

— 

Illustration d'adolescents utilisant une tablette numérique, ici à Rennes.
Illustration d'adolescents utilisant une tablette numérique, ici à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Depuis quelques années et la prise de pouvoir des smartphones, la plupart des collèges et lycées de France ont déclaré la guerre aux portables. Souvent interdits dans l’enceinte de l’établissement, les téléphones sont pourtant toujours dans la poche ou dans le sac des élèves, qui l’utilisent plus ou moins discrètement.

« Si ça sonne en cours, on les confisque. Ce sont les parents qui viennent le chercher le soir », rapporte la principale d’un collège de Rennes.

« Il fallait sortir les téléphones »

Certains chefs d’établissement ont pourtant fait le choix d’autoriser les portables au collège, y compris dans les salles de classe. Désigné « collège connecté » en 2013, le collège Léonard de Vinci, à Saint-Brieuc fait partie de ceux-là. « Nous avions mis en place des cours d’éducation aux médias, à Internet et aux réseaux sociaux. Il nous a vite paru évident qu’il fallait sortir les téléphones pour bien en parler », rapporte Guy Josselin, principal de l’établissement.

Depuis, les professeurs ont la possibilité de demander aux élèves de 4e et 3e de sortir leur smartphone en classe, à des fins pédagogiques. Les élèves ont également l’autorisation de l’utiliser dans la cour, le midi. « Ils sont capables d’envoyer 250 SMS par jour sans qu’on ne le voit, autant leur montrer à quoi peut leur servir leur téléphone. La fracture numérique, elle est avant tout dans les usages ».

Un grand plan en Ille-et-Vilaine

Ces pratiques, le conseil départemental d’Ille-et-Vilaine souhaite les encourager, en engageant un plan numérique doté de près de 20 millions d’euros. « Au lieu de faire la chasse aux smartphones et aux réseaux sociaux, il faut apprendre à mieux les utiliser. Pour ça, il faut encadrer les pratiques, éduquer les plus jeunes, leur montrer que l’on peut travailler », résume Damien Bongart, vice-président du conseil départemental en charge du numérique.

L’an dernier, trois collèges avaient ainsi été équipés de valises contenant notamment des tablettes numériques. La promesse d’équiper tous les élèves de 6e d’une tablette ayant été abandonnée, le choix a été fait de doter 20 autres établissements cette année (le département compte en tout 105 collèges). Une montée en débit est également annoncée et parfois même la mise à disposition d’un réseau Wifi.

« On sort du système classique »

Un dispositif qui plaît aux jeunes et aux enseignants, mais qui suscite quelques craintes chez les parents, à en croire une étude réalisée par le conseil départemental.

« Il y a une crainte des usages mais il faut savoir rassurer. Dans les établissements qui ont le Wifi, les élèves peuvent travailler partout. On sort du système classique d’enseignement dans les salles de classe », conclut l’élu.