Rennes: La ville abandonne le projet d’expropriations aux prairies Saint-Martin

POLITIQUE La commission d'enquête publique a jugé que l'opération n'était pas nécessaire...

C.A.

— 

Au total, quatorze maisons d'habitation devaient être évacuées aux prairies Saint-Martin à Rennes. Huit sont sauvées.
Au total, quatorze maisons d'habitation devaient être évacuées aux prairies Saint-Martin à Rennes. Huit sont sauvées. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

La nouvelle a été discrètement officialisée pendant l’été, par un courrier. La ville de Rennes renonce à procéder aux expropriations des habitants des prairies Saint-Martin, a fait savoir le groupe écologiste, membre de la majorité, dans un communiqué diffusé ce mercredi.

Des expropriations « pas nécessaires »

Dans le cadre de l’aménagement de son parc naturel urbain, la municipalité avait fait savoir en avril 2015 qu’elle serait contrainte d’exproprier huit familles résidant au bord du canal. Les socialistes arguaient à l’époque vouloir « exclure toutes les voitures du périmètre du parc urbain ». L’annonce avait fait grincer des dents les habitants, mais aussi plusieurs groupes politiques présents au sein du conseil municipal.

La donne a changé cet été avec le travail rendu par la commission d’enquête publique. Car si cette dernière a donné un avis favorable au projet d’aménagement des prairies Saint-Martin, elle a dans le même temps relevé que les expropriations « n’étaient pas nécessaires ». « Nous ne voulons surtout pas passer en force et nous nous conformerons à cet avis », assure Daniel Guillotin, adjoint en charge de l’écologie à la ville de Rennes.

« Aucune raison d’être mis dehors »

Prévenus en juillet, les riverains savourent leur « victoire ». « Cela fait treize ans que ça dure mais jamais nous n’avons envisagé de partir. Nous n’avions aucune raison d’être mis dehors », assure Eric Cordier, habitant du bord du canal et membre du comité de vigilance des riverains du canal Saint-Martin. Les quelques maisons ne bordant pas le canal devront, elles, être évacuées. Les modalités de départ des habitants restent à définir. Le dossier sera évoqué lors du prochain conseil municipal.

La ville garde la possibilité de faire valoir son droit de préemption en cas de vente des maisons bordant le canal.