Finistère: Un projet d’extension d'une porcherie géante provoque la colère des défenseurs de l'environnement

ENVIRONNEMENT Des associations ont déposé un recours contre la décision du préfet…

C.A.
— 
Illustration d'un élevage de porcs, ici près de Rennes, en 2015.
Illustration d'un élevage de porcs, ici près de Rennes, en 2015. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Ils ont attendu les derniers jours pour se prononcer. Mardi, les associations Avenir et Environnement en Pays d’Iroise et Eau & Rivières de Bretagne ont annoncé  contestant l’accord donné par le préfet du Finistère au projet d’agrandissement d’une porcherie à Landunvez, sur la pointe nord finistérienne.



Le propriétaire de cette exploitation qui compte déjà 675 truies, a sollicité l’accord des autorités pour s'agrandir et passer à 850 truies. Un projet qui ferait grimper le nombre de porcelets produits à environ 26.000 par an, ce qui. Soumis à enquête, le projet avait recueilli un avis défavorable du commissaire enquêteur. Ce dernier avait critiqué « les insuffisances de l’étude d’impact sur l’environnement et les gênes relatives à de nombreuses nuisances ressenties par les habitants de Landunvez ».

Le 1er avril, le préfet Jean-Luc Videlaine, , a pourtant signé l’autorisation d’agrandissement, provoquant la colère  

Des algues vertes sur le littoral

Située à quelques centaines de mètres du bourg et à moins de deux kilomètres de la mer, l’exploitation serait source d’importantes nuisances pour les riverains, qui se plaignent déjà des odeurs et des poussières. Le littoral tout proche a été , dont l’origine serait en partie liée à une trop forte concentration des nitrates dans le cours d’eau voisin.

L’exploitant assure de son côté que les milliers de tonnes de lisier supplémentaires seront prises en charge dans son usine de traitement, rénovée en 2014. Philippe Bizien est par ailleurs .