Rennes: La ville réclame 46.000 euros pour l’occupation de la salle de la Cité

LOI TRAVAIL Le syndicat Sud Solidaires avait signé une convention…

C.A.

— 

La salle de la Cité à Rennes est occupée depuis le 1er mai.
La salle de la Cité à Rennes est occupée depuis le 1er mai. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Le retour des vacances a un goût amer pour les membres de Sud Solidaires. Le syndicat, qui s’était porté garant pour l’occupation de la salle de la Cité en mai, voit la ville de Rennes lui réclamer 46.345 euros. Daté du 30 juin, le courrier aurait été adressé début août mais réceptionné il y a seulement quelques jours, au retour des vacances.

Deux évacuations par la police

Le 1er mai, la salle de la Cité avait été investie par des opposants à la loi Travail à l’issue d’une manifestation. Après avoir demandé son évacuation, la maire avait finalement accepté l’occupation à la faveur d’une convention, signée avec le syndicat Sud Solidaires. Le bâtiment, qui abrite d’ordinaire des concerts, avait été évacué une première par les forces de l’ordre le 13 mai après la rupture de la convention. Une nouvelle occupation avait eu lieu pendant deux jours, avant une seconde évacuation le 29 mai.

La ville avait annoncé avoir porté plainte pour occupation illégale, avant de faire les comptes. La facture, chiffrée à 46.345 euros, comporte notamment une « remise en état de la structure » évaluée à 18.800 euros et la « réparation de matériel » pour 14.500 euros. D’autres frais comme le rétroprojecteur, le routeur informatique, ou du mobilier, seront également à rembourser.

Le syndicat va se réunir

Très surpris, le syndicat Sud Solidaires se réunira mardi soir pour décider des suites à mener. Le syndicat affirme notamment que certaines dégradations « sont liées à l’intervention des forces de l’ordre » et a toujours assuré que les occupants avaient respecté les lieux. « Surtout, il n’y a pas eu d’état des lieux de sortie », reprochent encore les responsables du syndicat, qui se réservent la possibilité de saisir leur avocat.

En mai, les locaux du syndicat avaient été visités par la police, après la dégradation de plusieurs bornes de métro. Dix-neuf personnes avaient été interpellées, dont deux militants de Sud Solidaires.

La mobilisation contre la loi Travail a été particulièrement tendue à Rennes, où de nombreux affrontements ont eu lieu entre des manifestants et les forces de l’ordre. A l’appel d’un mouvement national, un nouveau rassemblement est par ailleurs annoncé le 15 septembre.