Brest: Après les menaces de Daesh, la mosquée Sunna sous haute surveillance

RELIGION Une information judiciaire a été ouverte après l’appel au meurtre de l’imam de Brest lancé par Daesh…

Jérôme Gicquel
— 
L'imam de la mosquée Sunna de Brest, Rachid Abou Houdeyfa.
L'imam de la mosquée Sunna de Brest, Rachid Abou Houdeyfa. — FRED TANNEAU / AFP

Les menaces de mort visant l’imam Rachid Abou Houdeyfa sont prises très au sérieux à Brest. Selon Le Télégramme, la fréquence des patrouilles de police a été renforcée aux abords de la mosquée Sunna de Brest où il prêche régulièrement. Des patrouilles ont également été mises en place aux abords de son domicile. Personnage très controversé, l’imam fondamentaliste de Brest a par contre refusé une protection policière rapprochée, précise le quotidien.

Dans son magazine francophone en ligne Dar Ar-Islam paru ces derniers jours, le groupe terroriste Daesh appelle au meurtre de l’imam de Brest, en raison notamment de « ses appels à voter et à participer au système démocratique » français et « à respecter les lois » de la République. Photo et adresse à l’appui, Daesh affirme « rechercher l’imam mort ».

Une information judiciaire ouverte à Paris

A la suite de cette parution, le parquet antiterroriste de Paris a ouvert une enquête judiciaire mardi pour « apologie du terrorisme » et « provocation directe à commettre des actes de terrorisme par un moyen de communication en ligne ».

Suivi par des dizaines de milliers de personnes sur les réseaux sociaux, Rachid Abou Houdeyfa a plusieurs fois été critiqué pour ses prêches, notamment sur la musique qu’il décrivait comme « la créature du diable ». Le président de la République François Hollande l’avait également pointé du doigt lors d’une émission de télévision.