Illustration d'un drapeau breton.
Illustration d'un drapeau breton. — GILE MICHEL/SIPA

BOTANIQUE

Bretagne: La région se cherche une plante comme emblème

Le nom de l'heureuse lauréate sera connue samedi à Vannes...

Le Canada a sa feuille d’érable, la Nouvelle-Zélande sa fougère, l’Angleterre sa rose et l’Ecosse son chardon. Mais quid de la Bretagne ? « Il n’y en a pas alors que la plupart des pays et des régions dans le monde ont des plantes comme emblème », indique le linguiste et botaniste nantais Ronan Mogn.

Le commentaire ci-dessus est issu d'un compte parodique.

Pour réparer cette injustice, l’Institut culturel de Bretagne a lancé dans le courant de l’été sur Internet l’opération Plant 2016 afin de trouver une plante comme symbole de la région. « Ce ne sont pourtant pas les plantes qui manquent en Bretagne comme le genêt, la bruyère, l’ajonc ou l’hortensia », souligne Ronan Mogn, administrateur de l’institut.

Pas de statut officiel pour la plante lauréate

Les mauvaises langues lui rétorqueront que la Bretagne a déjà comme emblèmes le triskell et l’hermine. « Le triskell est un emblème inerte. Quant à l’hermine, je doute que beaucoup de personnes en aient vu dans la région. C’est important d’avoir un emblème vivant comme une plante, afin que l’on puisse l’offrir en cadeau par exemple », poursuit le botaniste, auteur d’une base de données répertoriant plusieurs milliers de noms de plantes dans près de 30 langues.

>> A lire aussi : Qui es-tu, toi qui agites à bout de bras ton drapeau breton ?

La plante lauréate, qui sera désignée samedi à Vannes à l’issue d’un comité des sages de l’Institut culturel de Bretagne, ne pourra malheureusement pas bénéficier d’un statut officiel, au grand regret de Ronan Mogn. « La Bretagne historique s’étale sur deux régions administratives. Pour que l’officialisation soit reconnue, il faudrait donc une décision commune du conseil régional de Bretagne et du conseil départemental de Loire-Atlantique ».