La Bretagne mise sur le tourisme fluvial en retapant ses maisons éclusières

PATRIMOINE La région Bretagne redonne vie à ses maisons éclusières en les louant à des professionnels…

Jérôme Gicquel

— 

Steeve Peraud devant la maison éclusière de Pont-Réan qui servira de bureau pour son activité.
Steeve Peraud devant la maison éclusière de Pont-Réan qui servira de bureau pour son activité. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Si les touristes convergent en masse chaque été vers les côtes bretonnes, l’intérieur des terres ne manque pas de charme non plus. Avec plus de 600 kilomètres de voies navigables, la Bretagne tente depuis plusieurs années de développer son tourisme fluvial. Cela passe notamment par l’aménagement de voies vertes pour les randonneurs et les cyclistes mais aussi par la remise sur pied des maisons éclusières situées le long des canaux.

>> A lire aussi : Sur les bords du canal, les maisons éclusières reprennent vie

Car sur les 156 que compte la région, près de la moitié d’entre elles étaient encore inoccupées il y a peu ou le sont toujours.Un véritable gâchis pour les élus qui ont décidé en 2014 de lancer un appel à projets pour redonner vie à ces maisons. Moyennant un loyer modeste, la région confie les clés des lieux à des particuliers, associations ou entrepreneurs ayant un projet en lien avec le tourisme fluvial.

Un potentiel touristique à exploiter sur la Vilaine

La première cuvée a ainsi permis de redonner vie à 15 maisons éclusières, transformées notamment en gîte étape pour les randonneurs ou en atelier d’artiste. Forte de ce succès, la région a renouvelé l’opération avec cette fois neuf projets retenus. Parmi eux, celui de Steeve Perraud qui avait déposé un dossier pour la maison éclusière de Pont-Réan située sur la commune de Bruz (Ille-et-Vilaine).

>> A lire aussi : La vallée de la Vilaine, futur lieu de loisirs et de baignade

Déjà propriétaire de trois toues amarrées au port de Guipry-Messac sur la Vilaine, il compte désormais développer son activité aux portes de Rennes. « Il y a un fort potentiel sur ce site qui voit déjà passer chaque année entre 80.000 et 90.000 visiteurs. Et cela va encore se développer avec le projet Vilaine aval porté par Rennes Métropole », indique ce boulanger de profession.

Des chalets flottants sur la Vilaine

D’ici deux ans, il compte ainsi construire deux nouveaux bateaux habitables en bois qu’il proposera à la location. « On nous demande souvent des réservations à la semaine et pour l’instant nous ne pouvons pas y répondre », poursuit-il. Pour gérer l’activité, Steeve installera ses bureaux dans la maison éclusière, inoccupée depuis deux ans.

Et son projet ne s’arrête pas là puisqu’il prévoit également d’installer des cabanes flottantes sur l’eau. « Ce sera comme des petits chalets qui pourront accueillir entre six et huit personnes », détaille l’entrepreneur, qui inaugurera également prochainement un bateau-restaurant qui naviguera entre Redon et Rennes.