Rennes: Une nouvelle appli pour limiter les frais de taxi

TRANSPORTS L’Etat a lancé la plate-forme Le Taxi pour aider les clients…

Camille Allain

— 

La plateforme Le Taxi lancée par l'Etat permet de héler un taxi avec son mobile.
La plateforme Le Taxi lancée par l'Etat permet de héler un taxi avec son mobile. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Chahutés par l’arrivée des VTC et de l’épouvantail Uber, les chauffeurs de taxi cherchent à reconquérir leur clientèle. Pour les aider, le Gouvernement a lancé une plate-forme baptisée Le Taxi, entrée en service depuis le 5 juillet à Rennes, après Montpellier, Marseille, Aix-en-Provence et La Rochelle. « Ce n’est pas une application mais un dispositif de géolocalisation des taxis. Cela permet aux clients de héler les véhicules depuis leur mobile », explique André Dorso, directeur du projet Le Taxi.

Pas de course d’approche à payer

Le principe est assez simple. Après avoir téléchargé l’une des applications gratuites (tedyCab, Zaléou, Taxiloc, Mon appli taxi ou Triperz), le client peut directement voir où sont les taxis autour de lui. D’une simple pression sur son smartphone, il peut ainsi l’appeler. « C’est un système très simple. Et l’avantage pour le client, c’est qu’il n’a pas à payer la course d’approche (souvent située entre trois et quatre euros) », détaille Benjamin Petit, vice-président des Taxis Rennais, qui regroupe 90 professionnels sur la centaine qui exerce à Rennes.

Le client pourra également consulter les caractéristiques des véhicules. « Il pourra choisir un break s’il a beaucoup de bagages par exemple », poursuit Benjamin Petit. Aucun paiement ne sera effectué en ligne, à moins que les applications, développées par des sociétés privées, ne se décident à le proposer.

Plus de 500.000 personnes chaque année

Chaque année, 500 à 600.000 personnes sont transportées en taxis à Rennes. Un chiffre relativement stable, comme le nombre de licences actives. Reste qu’à certaines périodes de la journée, mais surtout de la nuit, trouver un taxi relève du défi. « Le problème la nuit, ce n’est pas tant le nombre de taxis mais surtout que l’on manque de monde au standard. Il est difficile de nous joindre. Ce nouveau canal permettra de régler en partie le problème », assure Benjamin Petit. Vingt à trente taxis circulent en général la nuit dans la capitale bretonne.