Rennes: La mobilisation contre la loi Travail peut-elle passer l’été?

MANIFESTATION La dernière manifestation s’est déroulée sans heurt mardi…

C.A.

— 

La manifestation du 5 juillet s'est déroulée sans heurt à Rennes.
La manifestation du 5 juillet s'est déroulée sans heurt à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Ils étaient environ un millier mardi à défiler contre la loi Travail à Rennes pour ce qui s’apparentait comme la dernière manifestation avant la trêve estivale. Une participation en nette baisse, mais qui semblait satisfaire les organisateurs. «  Si en mars on m’avait dit que l’on serait encore dans la rue le 5 juillet, je ne l’aurais pas cru. Cela montre notre détermination. On va pousser le Gouvernement à jouer les prolongations », assure Fabrice Lerestif, secrétaire de Force Ouvrière. « Souvent les mouvements sociaux s’éteignent l’été. Là on voit que les gens ont les crocs », embraye un membre de l’AG Interprofessionnelle, très mobilisée depuis quatre mois.

« Tout le monde attend les vacances »

Très encadrée par de nombreux policiers, la manifestation de mardi s’est déroulée sans heurt. On était bien loin des affrontements qui rythmaient chaque défilé en avril et en mai. Mais après deux heures à marcher dans les rues de Rennes, la question de la suite du mouvement se posait. « Tout le monde attend les vacances et je crois que tout le monde en a besoin », glisse le représentant de FO.

Les syndicats n’entendent pas disparaître pour autant tout l’été. La plupart annoncent déjà vouloir « préparer la rentrée ». « Tout le monde n’est pas en vacances. Et même ceux qui partent pourront se mobiliser là où ils sont », déclarait Loïc Morel, secrétaire de la CGT. Les syndicats mobilisés espèrent pouvoir sensibiliser les salariés sur leur lieu de vacances. « Mais surtout pas de blocage. Il ne faut pas pénaliser les salariés ou ceux qui sont en vacances. Au pire, on fera des opérations de péage gratuit », annonce Fabrice Lerestif.

Les militants désertent

Même l’AG Interpro, qui n’a pourtant pas manqué d’idées depuis des mois, a vu le nombre de ses militants diminuer ces dernières semaines. « On verra ce que l’on peut faire pour se faire entendre. Peut-être des actions contre le Parti socialiste comme ça a été fait en Corse ». Pas sûr que l’été soit chaud sur le front de la lutte contre la loi Travail.