La qualité de l'eau s'améliore en Bretagne, mais c'est insuffisant

ENVIRONNEMENT Les concentrations en nitrates reviennent au niveau des années 80...

C.A.
— 
Illustration de la Vilaine, ici le moulin du Boël, au sud de Rennes.
Illustration de la Vilaine, ici le moulin du Boël, au sud de Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

On a beaucoup stigmatisé la Bretagne et son agriculture intensive pour pointer du doigt le problème des algues vertes lors de la dernière décennie. En partie généré par les fortes concentrations en nitrates dans l’eau, ce fléau semble doucement se résorber sur le littoral ouest, comme le soulignait récemment l’élu régional en charge du dossier.

Des niveaux proches de la fin des années 80

Réuni mercredi, le Comité régional chargé d’appliquer les directives nitrates a confirmé cette tendance. « L’amélioration de la qualité de l’eau pour le paramètre nitrates se poursuit dans l’ensemble des départements bretons, grâce aux efforts de toutes les parties prenantes », a fait savoir la préfecture à l’issue de la réunion.

Selon ce même comité, « les taux de nitrates dans les eaux bretonnes ont ainsi retrouvé des niveaux proches de ceux constatés à la fin des années 80, un peu supérieurs à 30 mg/litre en moyenne ».

La Bretagne reste une zone vulnérable

Une situation encourageante qui ne doit pas faire oublier que la qualité de l’eau n’est pas optimale en Bretagne. Ces taux seront ainsi insuffisants pour satisfaire à la totalité des caractéristiques de bon état des eaux tels qu’ils sont définis dans le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) Loire-Bretagne. 

La région sera d’ailleurs maintenue en « zone vulnérable » pour quatre années supplémentaires. Un classement qui permettra le maintien des moyens financiers alloués à la lutte contre ces concentrations en nitrates.