Soldes: Plombés par les manifestations, les commerçants rennais veulent retrouver le sourire

COMMERCE Pour écouler les stocks, d’importantes remises seront proposées dès les premiers jours…

Jérôme Gicquel

— 

Illustration d'une boutique rennaise annonçant le début des soldes.
Illustration d'une boutique rennaise annonçant le début des soldes. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Déserté depuis plus de trois mois et le début de la mobilisation contre la loi Travail, le centre-ville de Rennes espère faire le plein de clients pour les soldes d’été qui débutent ce mercredi. La météo devrait d’ailleurs donner un petit coup de pouce aux commerçants avec des fortes chaleurs attendues dans la capitale bretonne mercredi. Cela ne sera pas de trop pour remonter le moral de certains commerçants qui affichent une bien triste mine depuis plusieurs semaines.

>> A lire aussi : Après la casse, la ville annonce des aides aux commerçants

« Cela fait plusieurs moi que je ne vends rien. Déjà que le centre-ville n’était pas bien animé avant. Alors les manifestations, cela a vraiment été le coup fatal », se désole Adama Urvoas. La gérante de cette boutique de chaussures n’a en effet pas été épargnée par le conflit social, son magasin se trouvant rue Jean-Jaurès, théâtre de nombreux affrontements entre les forces de l’ordre et certains manifestants. Quelques mètres plus loin, le gérant de la boutique Saint James déplore quant à lui « un manque à gagner de 4.000 à 5.000 euros depuis fin mars ». « La saison printemps 2016 est à oublier, cela va plomber nos comptes », assure Frédéric Bonnechère.

La Grande Braderie décalée d’une semaine

L’activité commerciale ayant tourné au ralenti ces derniers mois dans le centre-ville, ce sont les clients qui devraient profiter de l’aubaine pour les soldes d’été. « Beaucoup de boutiques ont en effet des stocks importants et proposeront donc d’importantes remises dès le début », indique Dominique Fredj, qui préside l’association de commerçants Le Carré Rennais. « D’habitude je démarre à -20 % mais je vais tout de suite mettre -30 % cette année. Il faut que j’écoule mes stocks et que je paie mes fournisseurs », acquiesce Adama Urvoas.

« Ce sera au moins une bonne affaire pour les clients, pas forcément pour les petites boutiques indépendantes comme la mienne qui n’ont que très peu de marge », souligne Frédéric Bonnechère, qui se veut toutefois optimiste. Hasard du calendrier, la date du début des soldes d’été ne coïncidera pas non plus cette année avec la Grande Braderie, qui se tiendra le mercredi 29 juin. « On espère que cela permettra aux commerçants de faire deux mercredis chargés au lieu d’un seul. Cela aura valeur de test pour les prochaines années », conclut Dominique Fredj.