EN IMAGES. Une visite au cœur de la nouvelle Cité internationale à Rennes

ENSEIGNEMENT L’équipement servira notamment de lieu d’hébergement pour des chercheurs étrangers…

Jérôme Gicquel

— 

La Cité internationale accueillera des chercheurs et doctorants venus du monde entier. Lancer le diaporama
La Cité internationale accueillera des chercheurs et doctorants venus du monde entier. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

A côté des locaux tout tristes de la Direction générale des impôts ou de la Sécurité Sociale, le bâtiment a plutôt fière allure. Après plus de deux ans de travaux, la Cité internationale Paul Ricœur a enfin ouvert ses portes le long du boulevard de la Liberté. Avant même son inauguration officielle qui devrait intervenir à la rentrée de septembre, quelques étudiants étrangers, parmi lesquels des Argentins, des Anglais ou des Indiens, ont déjà pris possession des lieux.

>> A lire aussi : Les universités attirent de plus en plus d'étudiants étrangers

« Cet équipement comprend 79 chambres pour accueillir des universitaires, chercheurs ou doctorants étrangers. On nous faisait souvent remarquer qu’il manquait d’un lieu d’hébergement pour les personnes étrangères venant travailler dans des laboratoires de recherche rennais », indique Isabelle Pellerin, vice-présidente de Rennes Métropole en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Un gymnase avec trois salles de sport

Située en plein centre-ville de Rennes, la Cité internationale comprend également un restaurant universitaire et héberge les locaux de l’Université Bretagne-Loire et du Centre de Mobilité Internationale de Rennes. Plus inattendu, un gymnase composé de trois salles de sport a également trouvé place dans le bâtiment. « Il y a une salle de judo, une salle de danse et une autre pour les sports collectifs. Elles serviront pour les élèves du centre-ville ainsi que pour certaines associations », précise Yvon Léziart, élu en charge des sports à la ville de Rennes.

Baptisé en hommage au célèbre philosophe, la Cité internationale Paul Ricoeur aura coûté au total 23 millions d’euros, financés dans le cadre du Contrat de plan Etat-Région.

>> Pour voir ce diaporama sur mobile, cliquez ici