Le burger rennais Roadside part à la conquête de l’Ouest

COMMERCE L’enseigne lancée il y a deux ans a ouvert une franchise à Nantes…

Camille Allain
— 
Luc Laurent a fondé l'enseigne de burgers Roadside à Rennes.
Luc Laurent a fondé l'enseigne de burgers Roadside à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Longtemps dominé par McDonald’s et Quick, le marché du burger a explosé ces dernières années et Rennes n'a pas échappé à la déferlante. Avant l’arrivée de la chaîne Big Fernand, le petit Roadside s’était déjà fait remarquer. Imaginé par le Rennais Luc Laurent, le concept est simple : un esprit fast-food permettant de manger à toute heure de la journée mais avec des produits de qualité. Une idée qui semble avoir fait mouche chez les clients, puisque deux ans à peine après sa création, l’enseigne vient d’ouvrir son deuxième restaurant à Nantes.

« Il n’y avait pas de vrai burger à l’américaine »

Agé de 39 ans, son fondateur n’avait pourtant jamais mis les pieds dans la cuisine d’un restaurant. « J’ai pas mal voyagé aux Etats-Unis et je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas d’endroit à Rennes pour manger un vrai burger à l’américaine », raconte Luc Laurent. En deux ans, le Rennais met sur pied son concept et commence ses recherches. « J’ai d’abord essayé de faire mon propre pain, chez moi dans ma cuisine. Quand j’ai trouvé la bonne recette, j’ai été en Belgique et dans le Nord pour m’informer sur les variétés de pommes de terre, les meilleures huiles et les bonnes friteuses. Je voulais vraiment faire de la qualité ».

Deux ans après l’ouverture, le patron peut se féliciter d’avoir réussi son pari. En moyenne, le restaurant voit chaque jour passer 300 clients, dont une grande partie est âgée de moins de 30 ans. Un succès qui a permis à Luc Laurent de convaincre un indépendant d’ouvrir une franchise à Nantes, le mois dernier. « Dès le départ, j’ai imaginé un concept d’entreprise, pas seulement un restaurant », avoue-t-il.

Plus d’un milliard de burgers engloutis en 2015

Si bien que l’enseigne Roadside ne devrait pas s’arrêter là et partir à la conquête des moyennes et grandes villes de l’Ouest. « Je veux garder un lien de proximité donc je vais rayonner autour de Rennes. Des villes comme Brest ou Angers sont intéressantes pour nous », explique Luc Laurent.

L’ancien étudiant en droit peut avancer sereinement. Alors qu’il se vendait un burger pour sept jambon-beurre il y a 20 ans, la demande est aujourd’hui équivalente. En 2015, les Français ont englouti 1,19 milliard de burgers, soit 11,21 % de plus qu’au cours de l’année précédente, selon les chiffres du cabinet Gira Conseil.