Top 14: Faible mobilisation des supporters pour les demi-finales à Rennes

RUGBY Programmés le soir, en marge de l’Euro, les matches attirent surtout les locaux…

C.A.

— 

Les supporters de Clermont seront sans doute les plus nombreux dans les tribunes du Roazhon Park.
Les supporters de Clermont seront sans doute les plus nombreux dans les tribunes du Roazhon Park. — Thierry Zoccolan / AFP

Trois bus pour le Racing, deux bus pour Clermont. De mémoire de supporter, on n’a rarement vu une si faible affluence pour une demi-finale de Top 14. Si le Roazhon Park devrait afficher complet vendredi et samedi, on sait déjà qu’il vibrera doucement, tant les supporters des quatre clubs qualifiés se feront discrets.

La volonté de la ligue d’exporter le rugby hors de ses terres d’origine s’était déjà affichée en 2013 à Nantes, puis en 2014 à Lille avant un retour à Bordeaux en 2015. Une philosophie qui n’est pas du goût de tous les supporters. « Rennes, c’est à plus de 1.000 km de Toulon. C’est dur de se déplacer », lâche un supporter du RCT sur Twitter. « Je trouve ça plutôt bien, ça permet de se balader en France », répond un Clermontois.

« Le vendredi, ce n’est pas raisonnable »

Grand fan des Jaunards, Benjamin s’était rendu à Nantes il y a trois ans. Mais il ne pourra pas faire le déplacement à Rennes. « Un match le vendredi soir, ce n’est pas raisonnable, surtout quand c’est si loin des villes de rugby. Je ne peux pas poser de journée, donc je suis coincé », explique-t-il. Réputé pour avoir un public fidèle avec sa Yellow Army, le club auvergnat sera sans doute le plus représenté dans les tribunes, mais beaucoup moins qu’à l’accoutumée.

La finale, qui quittera le Stade de France pour la première fois depuis 1998 pour se tenir à Barcelone dans une semaine, fait également de la concurrence à la capitale bretonne. « Financièrement, on ne peut pas tout faire », répondent les supporters en chœur sur les pages Facebook des clubs. « Si l’ASM se qualifie, j’y vais », assure Benjamin.

Dans une interview accordée à Ouest-France, le président de la ligue de rugby Paul Goze assure que 90 % des billets ont été acquis par des habitants du Grand Ouest, peu habitués à de telles affiches de rugby. Tant mieux pour Rennes et la Bretagne. Tant pis pour la ferveur.