Le rugby à la conquête du désert breton

SPORT Rennes accueille le Top 14, Vannes monte en Pro D2...

C.A.

— 

Les filles du Stade Rennais Rugby évoluent dans le Top 8 féminin, ici en 2011.
Les filles du Stade Rennais Rugby évoluent dans le Top 8 féminin, ici en 2011. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Vendredi et samedi, Rennes accueillera les demi-finales de Top 14. Né de la volonté de la ligue nationale de rugby d’exporter son sport hors des terres fertiles du sud, l’événement s’était déjà produit dans l’ouest en 2013 au stade de La Beaujoire à Nantes. « Nous avons senti une passion et une envie ici. Cela correspondait bien à notre envie de venir dans cette région pour développer le rugby professionnel », déclarait en janvier Paul Goze, président de la ligue.

Faire venir le sponsoring

Terre traditionnelle de football et de cyclisme, la Bretagne voit cette année sa passion pour le ballon ovale se développer. En plus d’accueillir le Top 14, la région verra l’année prochaine le club de Vannes évoluer dans le monde professionnel, grâce à sa montée en Pro D2. Une première dans l’histoire du rugby français ! « Un des enjeux, c’est de faire venir le sponsoring vers le rugby », reconnaît François Cardron.

Depuis l’officialisation de la montée, le président du RC Vannes est en quête de fonds pour présenter un budget d’environ cinq millions d’euros, indispensable pour espérer faire bonne figure en Pro D2.

Le Rheu, montée historique

« La Bretagne, c’est le seul iceberg où rien n’émerge. » En 2016, il semblerait que la boutade du président de la Fédération de rugby Pierre Camou ne tienne plus. Car en plus de la montée de Vannes, la Bretagne et ses 9.000 licenciés pourront compter sur le renouveau du REC, remonté en Fédérale 2 (4e division) l’an passé, et rejoint il y a quelques semaines par Le Rheu, qui atteint ce niveau pour la première fois de son histoire. Les filles du Stade Rennais Rugby évoluent, elles, au plus haut niveau féminin depuis plusieurs années. 

Pour tenter de garder ses talents aux pays, la région mise également sur l’ouverture d’un centre régional de formation à Vannes à la rentrée. Avant, peut-être, d’aller chatouiller les grands noms du rugby français.