Essai clinique de Rennes: Une information judiciaire ouverte pour homicide involontaire

SANTE Un homme avait trouvé la mort lors d'un essai en janvier...

C.A. avec AFP
— 
Vue extérieure des locaux de Biotrial à Rennes où six patients ont participé à l'essai thérapeutique suspect.
Vue extérieure des locaux de Biotrial à Rennes où six patients ont participé à l'essai thérapeutique suspect. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Le parquet de Paris a annoncé ce mardi l'ouverture d'une information judiciaire pour homicide involontaire et blessures involontaires, après la mort d'un homme lors d'un essai thérapeutique à Rennes en janvier. 

La victime, un homme de 49 ans, effectuait un test d'une molécule mise au point par le laboratoire portugais Bial. L'essai était mené au sein du centre de recherche Biotrial, basé à Rennes. Depuis le début de l'enquête, les deux centres ont plusieurs fois été accusés de manquements. Huit personnes suivaient ce protocole, dont deux prenaient un placebo. Quatre d'entre eux présentent des lésions cérébrales.

Des fautes commises ?

L'information judiciaire devra «déterminer si des fautes de nature pénale ont contribué de manière certaine au décès et blessures des victimes ou si les faits s'inscrivent dans le cadre d'un aléa scientifique», a déclaré le procureur de Paris François Molins dans un communiqué.