Rennes: Après les violences policières, le Club de la Presse reçu par Bernard Cazeneuve

LOI TRAVAIL Plusieurs journalistes ont été victimes de violences jeudi de la part de policiers…

Jérôme Gicquel

— 

Un photographe couvre une manifestation contre la loi Travail, ici le 5 avril 2016 à Rennes.
Un photographe couvre une manifestation contre la loi Travail, ici le 5 avril 2016 à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Des représentants du Club de la Presse de Bretagne accompagnés de syndicats de journalistes seront reçus ce lundi après-midi place Beauvau par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Cela fait suite aux événements survenus jeudi dernier à Rennes en marge d’une manifestation contre la loi Travail.

Lors d’une charge musclée des policiers aux abords de la rocade, plusieurs personnes avaient été blessées, et notamment des journalistes frappés et bousculés par les forces de l’ordre. Ces violences avaient aussitôt été condamnées par le Club de la Presse de Bretagne qui a décidé de saisir vendredi le Défenseur des Droits pour dénoncer « ces violences inacceptables ».

Le préfet condamne les violences « si elles existent »

« Ici, c’est le droit d’informer qui est délibérément attaqué », souligne le Club de la Presse de Bretagne, qui a alerté plusieurs fois ces dernières semaines les autorités sur « les menaces, insultes et intimidations » auxquelles doivent faire face les journalistes « de la part de la frange la plus radicale des opposants à la loi Travail ».

Sommé de s’expliquer sur le déroulé de la manifestation de jeudi, le préfet Christophe Mirmand avait indiqué dans la soirée qu’il déplorait et regrettait toutes les violences « si elles existent ». « La liberté de la presse doit être respectée mais il faut aussi tenir compte des conditions difficiles dans lesquelles les forces de l’ordre interviennent », avait réagi le préfet.