Stade Rennais: Les dix choses que vous ne savez (peut-être) pas sur Yoann Gourcuff

FOOTBALL Le milieu de terrain va prolonger son contrat avec les Rouge et Noir dans les prochains jours…

Michel Dupont

— 

Yoann Gourcuff lors de PSG-Stade Rennais, le 29 avril 2016.
Yoann Gourcuff lors de PSG-Stade Rennais, le 29 avril 2016. — J. E. E. / Sipa

Tout a été dit sur Yoann Gourcuff ? Pas tout à fait. Avant sa prolongation de contrat avec le Stade Rennais, 20 Minutes refait le parcours d’un type qui tranche avec le milieu du foot.

  • L’égal de Nadal (ou presque)

À douze ans, Yoann Gourcuff est classé 15/3 au tennis et devient champion du Morbihan. Il participe à l’Open d’Auray, l’un des plus importants tournois en Europe. Battu, il voit triompher un certain Rafael Nadal. « Je me suis rendu compte que j’avais davantage de chance de percer dans le foot », explique-t-il.

  • Biberonné au roi Pelé

C’est lorsque son père était coach à Lorient qu’il a fait ses premiers pas de footballeur. « À la fin des entraînements, je faisais des tirs au but avec les gardiens. J’ai porté ce maillot du FC Lorient de débutant jusqu’aux moins de 15 ans. » Christian Gourcuff se souvient que, « tout petit, Yoann regardait des cassettes du Brésil de Pelé ». Bonne école.

  • Gendre idéal, mais fils indigne

Il a marqué son premier but en pro, en avril 2004, contre le FC Lorient… de son papa. Lors de ce match amical, il se souvient avoir inscrit « un but un peu moche de la tête après un mauvais rebond ».

  • L’épisode des dents de l’amer

S’il est tant estimé en Bretagne, c’est parce que c’est un homme comme les autres. Dans la « vraie vie », il déborde de gentillesse et de sourires, loin des clichés du footeux frimeur, casque vissé sur les oreilles, voiture et attributs bling-bling. À Rennes, les supporters appréciaient de le voir partager une bière dans les bars après un match. Copains, sorties, discothèque… avec les aléas qui vont parfois avec. En 2006, après une altercation en boîte, la voiture dans laquelle il se trouve se fait bloquer sur la route par d’autres jeunes. S’ensuit une bagarre dans laquelle il perd trois dents. Il expliquera ensuite au tribunal s’être trouvé en état de légitime défense.

  • Home Sweet Home

La rumeur prétend que les « stars bretonnes », comme la chanteuse Nolwenn Leroy ou Yoann Gourcuff, ont acheté un appartement dans l’immeuble ultrachic construit l’an passé par l’architecte Jean Nouvel, en plein centre de Rennes. Ce n’est pas le cas pour le joueur, qui louait une maison classique (avec piscine, tout de même) dans une zone résidentielle de Saint-Grégoire, à l’extérieur de la ville, où les voisins décrivent « un homme discret ». Il serait désormais installé à Betton. Sa maison, sa vraie, il l’avait fait construire il y a six ans à Ploemeur, dans son Morbihan natal. Tout près de la mer, sa propriété entourée de hauts murs est suréquipée en matière d’équipements sportifs.

  • Dur dur d’être beau gosse

Pourquoi les médias non spécialisés en font-ils autant sur lui ? Tout a commencé à Bordeaux, où, à la fin d’un match, il court vers la tribune des supporters pour leur offrir son maillot… et tout le reste. Il exhibe, en caleçon, sa plastique de rêve. Il passe alors du statut de footballeur à beau gosse. Le voilà en couverture des magazines people, sur la plage, photographié à son insu, et plébiscité par les magazines gays. Ses relations amoureuses, vraies ou fausses, sont commentées. Il goûte peu ce cirque dans la presse, mais avoir un enfant avec l’animatrice de télévision Karine Ferri n’arrangera pas sa phobie médiatique.

  • Les goûts et les couleurs

Il est Breton jusqu’au bout des ongles… et des oreilles. « J’aime écouter de la musique bretonne. Cela me fait décompresser. Une fois, dans le bus avant un match, j’ai mis la musique hyper fort dans les écouteurs, alors tous les joueurs ont entendu. Ils me chambraient en me disant que c’était de la musique de m... »

  • Hips don’t lie

Dans la famille Gourcuff, je demande le père, qui a été opéré de la hanche. Le problème étant héréditaire, on s’interroge pour le fiston. Même si ce souci ne sera réellement problématique que dans de longues années, on note que le joueur est parfois un peu rigide du côté du bassin.

  • À l’aise tant sur le plan technique que tactique

La qualité de ses analyses d’après-matchs épate tellement qu’on se demande s’il pourra endosser le survêtement de coach. Le papa pense « qu’il a les capacités pour entraîner, mais après une carrière de joueur, on aspire parfois à autre chose ». Il est vrai que Yoann n’apprécie guère le milieu : « Ce qui m’intéresse, c’est le foot, ce n’est pas ce qu’il y a autour. » Le métier de coach étant désormais davantage tourné vers le jeu médiatique et le management, il paraît plus plausible de le voir s’éloigner des terrains d’ici quelques années.

  • L’argent ne fait pas le bonheur

Les Gourcuff ne font décidément rien comme les autres. Ainsi, le père, qui n’a pas d’agent, est coach du Stade Rennais depuis trois semaines sans réellement savoir ce que le président Ruello inscrira dans le contrat en matière de salaire ou autres conditions. « Il mettra ce qu’il veut », déclare le technicien. Yoann, lui, avait baissé son (épais) salaire lors de sa dernière année lyonnaise. Selon nos informations, il prolongera son contrat avec le SRFC dans les tout prochains jours.