Rennes: Faut-il fermer les bars plus tard le soir?

VIE NOCTURNE Une nouvelle charte de la vie nocturne a été signée en conseil municipal…

Camille Allain

— 

Illustration de clients devant des bars, ici dans la rue Saint-Michel.
Illustration de clients devant des bars, ici dans la rue Saint-Michel. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

C’était il y a quinze ans. En 2001, le préfet d’Ille-et-Vilaine s’appelait Claude Guéant et avait pris la décision d’avancer l’heure de fermeture des bars d’une heure à Rennes, avant que Bernadette Malgorn ne vienne durcir un peu plus l’arrêté quelques années plus tard. En dehors des bars de nuit et des clubs, les bistrots de la capitale bretonne doivent depuis baisser pavillon à 1h du matin, sauf exception. Un cas singulier en France, où la plupart des villes autorisent des ouvertures jusqu’à deux heures.

Fermer plus tard, mais sans servir

Signée lors du dernier conseil municipal, la nouvelle charte de la vie nocturne met en avant « l’attractivité de la nuit rennaise ». Mais elle n’a pas remis en question cette organisation. L’opposition a pourtant soumis l’idée d’accorder une heure supplémentaire à certains établissements. « On pourrait proposer un contrat en offrant une heure de plus à condition qu’ils arrêtent de servir trente minutes avant la fermeture », lance Bertrand Plouvier, leader de la droite et du centre. Objectif : étaler les départs des clients et éviter la cohue à 1h du matin.

>> A lire aussi: Les dix meilleures terrasses de Rennes

Cette idée, la majorité socialiste l’avait eue il y a quelques années, sans plus de succès. « On voulait se caler sur le modèle anglo-saxon, mais on n’avait pas trouvé beaucoup d’établissements volontaires pour faire le test. La préfecture n’avait pas non plus l’intention de changer le rythme », rappelle Hubert Chardonnet, adjoint à la sécurité en charge de la question nocturne. Lors de l’écriture de la nouvelle charte, qui réunit élus, police, pompiers et patrons de bars, « la demande n’a pas émergé », ajoute l’élu.

Réputée ville rock, la capitale bretonne dispose de centaines de bars. Mais à 1h du matin, seuls 25 bars de nuit et 11 discothèques peuvent rester ouverts. « Nous ne sommes pas opposés à ce que d’autres bars ferment à 3h, mais pas dans l’hypercentre. Dans un si petit périmètre, nous estimons que 25 ça suffit », estime Hubert Chardonnet.

Comme de nombreux cafetiers, le patron du Ty Anna et du Bar’Hic (autorisé à fermer à 3h), a un avis partagé sur l’extension des horaires. « La proposition n’est pas bête. Mais si on peut fermer à 2h, il faut que tout le monde le fasse, sinon, ça va être le bordel dans les bars qui ferment plus tard. Et il faut faire la même chose pour les bars de nuit », lance Gweno, cafetier bien connu qui a participé à l’écriture de la charte. Brice, responsable du Chantier, est plus catégorique. « Si on ouvre une heure de plus mais qu’on ne peut plus servir, ça ne sert à rien. C’est notre fond de commerce », lance-t-il.

Parfois des exceptions

La ville autorise certaines exceptions, comme lors des Trans Musicales, le soir de la Fête de la Musique ou dans quinze jours pour les demi-finales de Top 14, où les bars fermeront exceptionnellement à 2h. Un soir où de nombreuses caméras seront braquées sur Rennes.