Rennes: Des capteurs pour mesurer la pollution mis à disposition des habitants

ENVIRONNEMENT La ville va tester l'implantation pendant deux ans...

Camille Allain

— 

Un camion d'Air Breizh est garé au bord de la rocade de Rennes pour mesurer la pollution de l'air.
Un camion d'Air Breizh est garé au bord de la rocade de Rennes pour mesurer la pollution de l'air. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Alors que les alertes à la pollution de l’air se sont multipliées ces dernières années avec l’abaissement des normes européennes, la ville de Rennes vient de voter en faveur d’un projet de « capteurs citoyens ». Ces appareils seront à la disposition des habitants volontaires et permettront de mesurer la qualité de l’air.

Votée en conseil municipal, cette opération vise à sensibiliser la population, notamment via la restitution des données en open data sur le site de la Maison de la consommation et de l’environnement. « Les habitants pourront effectuer leurs propres mesures. On espère que cela aura un impact sur leur manière de se déplacer par exemple », justifie Charlotte Marchandise-Franquet, adjointe à la Santé.

>> A lire aussi: Polémique autour des mesures de pollution de la rocade

Ces petits appareils doivent d’abord être développés par les citoyens eux-mêmes, via les ateliers de bidouilles comme le Labfab ou l’association Bug, et seront mis à disposition d’une centaine de familles de deux quartiers rennais (encore à définir) en septembre. La démarche sera généralisée à tous les quartiers en 2017.

Pas de mesure des microparticules

Ces capteurs mobiles pourront être installés partout et mesureront notamment les concentrations en dioxyde d’azote (NO2), en dioxyde de carbone (CO2), mais aussi la température ou le bruit. Seul hic, ils ne fourniront pas de données sur les microparticules, dont les seuils sont pourtant régulièrement dépassés en hiver. « Ces mesures sont trop compliquées pour des petits capteurs amateurs », explique l’élue écologiste.

Le projet, qui doit durer deux ans, est évalué à 150.000 euros, dont la moitié sera financée par l’Ademe, dans le cadre d’un appel à projets.