Cocktails molotov sur une école de Rennes: L'auteur voulait se faire passer pour un terroriste

FAITS DIVERS Il s'était introduit dans une école d'optique le 8 avril...

C.A. avec AFP
— 
Un homme a jeté deux cocktails molotov dans une école d'optique à Rennes le 8 avril 2016.
Un homme a jeté deux cocktails molotov dans une école d'optique à Rennes le 8 avril 2016. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Un peu plus d’un mois après les faits, le mystère s’est dissipé autour du jet de deux cocktails Molotov sur une école d’optique de Rennes. Dimanche, un homme de 24 ans a été mis en examen dimanche pour « violences volontaires avec arme commises avec préméditation » et « dégradations volontaires par incendie ».

Il s’est rendu à la police

Le 8 avril, peu avant 9h, l’homme s’était introduit dans l’école d’optique, située boulevard Solférino, et avait balancé deux cocktails Molotov. Les deux explosions n’avaient heureusement pas fait de blessé. Casqué, l’auteur avait ensuite pris la fuite à bord d’une voiture. Activement recherché, il s’est finalement « spontanément rendu au commissariat de police », selon le procureur de la République Nicolas Jacquet. C’est un ami qui lui aurait conseillé de se rendre.

En garde à vue, l’homme « a expliqué avoir commis les faits parce qu’il était désespéré et voulait mettre fin à ses jours ». Il souhaitait ainsi s’offrir « un coup d’éclat en se faisant passer pour un pseudo-terroriste et se faire tuer par la police », a précisé le magistrat.

Titulaire d’un BEP de monteur-vendeur opticien, il se trouvait au moment des faits sans emploi après avoir démissionné de son précédent poste. L’homme aurait pris pour cible l’établissement rennais car il connaissait les lieux pour y avoir passé les épreuves de BTS.

Il a été placé sous mandat de dépôt. L’information judiciaire devra notamment permettre d’approfondir ses motivations et sa personnalité au travers d’expertises psychologique et psychiatrique, souligne le communiqué. Depuis cette attaque l’école d’optique de Rennes avait renforcé la sécurité aux abords de l’établissement.