Ligue 1: Pourquoi le Stade Rennais a (encore) raté sa fin de saison

FOOTBALL Le club rouge et noir terminera au mieux 7e, insuffisant pour disputer la Ligue Europa...

Jeremy Goujon

— 

Le défenseur rennais Edson Mexer au duel avec Souleymane Camara, le 7 mai 2016 à Montpellier.
Le défenseur rennais Edson Mexer au duel avec Souleymane Camara, le 7 mai 2016 à Montpellier. — P. Guyot / AFP

Battu samedi soir à Montpellier (2-0), le Stade Rennais n’est officiellement plus candidat à l’Europe. « La saison est finie », a déclaré Rolland Courbis, avant même l’ultime match contre Bastia (14 mai). Et dire qu’il y a seulement un mois, le club bretillien pouvait encore rêver de Ligue des champions…

Parce que le ressort s’est de nouveau cassé à Nice

Meilleure formation de Ligue 1 (sur les cinq journées précédentes) au moment de se rendre à l'Allianz Riviera, le 10 avril, le SRFC se fait alors surclasser par les Aiglons (3-0). Les Rouge et Noir bretons ne s’en remettront pas, eux qui n’ont pris qu’un point depuis (seul Reims a fait mois bien). Il y a dix ans, la belle série rennaise, constituée de huit victoires d’affilée en championnat, s’était aussi brisée dans le sprint final à Nice (2-1). Pour une 7e place à l’arrivée, rang qu’occuperont au mieux les hommes de Courbis le week-end prochain (10e au pire).

Parce que l'arbre qui cachait la forêt a disparu

Contre Reims (3-1), le 2 avril, Ousmane Dembélé inscrit ses 11e et 12e buts en L1, en tout juste 20 apparitions. Rien ne semble arrêter le jeune phénomène (18 ans), courtisé par les plus prestigieuses écuries continentales. Divers intérêts qui ont sans doute fini par perturber l’intéressé, en nette baisse de régime sur les quatre dernières semaines (aucune réalisation ou passe décisive). Un gros coup de mou qui ne devrait cependant pas empêcher Dembélé d’être élu meilleur espoir de l’année en France, ce dimanche.

Parce que la composition d’équipe n'a cessé de changer

En 2015-2016, jamais Rennes ne se sera présenté avec le même onze de départ d’une rencontre à la suivante (en attendant la réception de Bastia). Sur 41 matchs disputés, toutes compétitions confondues, les observateurs ont carrément eu droit à… 41 compos différentes ! De perpétuels remaniements qui n’ont pas aidé à obtenir des résultats dans la durée, même si Philippe Montanier, puis son successeur Rolland Courbis, ont évidemment dû composer avec les suspensions, blessures ou méformes de leurs joueurs.

Parce que Christian Gourcuff

Le Stade Rennais a parfois le chic pour se saborder quand tout va bien. Prendre contact avec Christian Gourcuff, dès son départ de la sélection algérienne, ne fut sûrement pas l’idée du siècle à l’approche de la dernière ligne droite. Mais la direction du club voit peut-être le bon côté des choses, désormais : sans tour préliminaire d’Europa League à jouer cet été, le technicien finistérien, bientôt de retour en Ille-et-Vilaine (sauf tremblement de terre), pourra préparer en toute sérénité l’exercice 2016-2017 (contrairement à 2001-2002)