Enquête préliminaire ouverte à l'encontre de l'imam de Brest

JUSTICE Les services de police surveillent Rachid Abou Houdeyfa…

C.A.

— 

L'imam de la mosquée Sunna de Brest, Rachid Abou Houdeyfa.
L'imam de la mosquée Sunna de Brest, Rachid Abou Houdeyfa. — FRED TANNEAU / AFP

Cible de nombreuses critiques, l’imam de Brest Rachid Abou Houdeyfa est également particulièrement suivi par les services judiciaires.Selon Le Télégramme, une enquête préliminaire a été ouverte fin avril à l’encontre de l’imam à la tête de la mosquée Sunna, à Brest. Selon le quotidien, l’enquête devrait permettre aux policiers de surveiller le train de vie de l’imam et de déceler d’éventuelles fraudes fiscales.

L’erreur de François Hollande

Le mois dernier, le président de la République François Hollande avait commis une erreur en évoquant la fermeture de la mosquée. « Ce lieu de haine a été fermé. Il (l’imam) est dans une procédure judiciaire. Donc nous devons lutter contre ces prêcheurs, ces partisans de la haine qui induisent la radicalisation », avait déclaré le président dans l’émission Dialogues Citoyens. L’imam avait dénoncé ces propos, assurant prôner « un islam modéré ».

La mosquée avait également été perquisitionnée après les attentats de novembre à Paris. Rachid Abou Houdeyfa a été plusieurs reprises la cible de critiques, notamment pour ses propos sur la place de la femme ou sur la musique qu’il décrit comme « la créature du diable ».