Rennes: La salle de la Cité pourra rester occupée mais sous certaines conditions

MANIFESTATION La maire de Rennes propose une mise à disposition des lieux aux manifestants…

Jérôme Gicquel

— 

Une centaines de manifestants occupent depuis dimanche la salle de la Cité à Rennes.
Une centaines de manifestants occupent depuis dimanche la salle de la Cité à Rennes. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

La salle de la Cité ne sera pas évacuée, tout du moins pas aujourd’hui. Occupée depuis dimanche par une centaine d’opposants à la loi Travail, l’ancienne Maison du peuple pourrait même être mise à la disposition des manifestants si ces derniers acceptent « la main tendue » par la maire de Rennes Nathalie Appéré.

>> A lire aussi : Un pont repeint en rouge en soutien à l'étudiant qui a perdu son œil

Après avoir constaté « l’occupation illégale des lieux » dimanche soir, l’élue avait envoyé un courrier au préfet pour lui demander de mettre fin à l’occupation de la salle de la Cité. Cette demande a été réitérée publiquement lundi soir lors de la séance du conseil municipal qui a finalement été annulée après des échanges houleux avec une dizaine de manifestants.

La mairie attend une réponse des occupants d’ici mercredi matin

Ce mardi, Nathalie Appéré a finalement décidé de jouer la carte de l’apaisement en proposant un contrat aux occupants de la salle de La Cité. « Si toutes les règles de sécurité et de tranquillité des riverains sont réunies, je suis ouverte à la mise à disposition de la salle dans le cadre d’un contrat mais il faut pour cela que quelqu’un prenne des engagements », a indiqué la maire de Rennes ce mardi après-midi, juste après avoir réuni les organisations syndicales à la mairie. « Tout sera fait pour qu’il n’y ait pas l’usage de la force », a insisté Nathalie Appéré.

Le déploiement de plusieurs dizaines de gendarmes mobiles ce mardi matin peu après 9h autour des lieux laissait pourtant penser que l’évacuation des lieux aurait lieu dans la journée. « Nous avions des craintes que certains manifestants radicaux s’en prennent à l’hyper-centre et notamment à la mairie », a justifié le préfet Patrick Strzoda. Après avoir formulé leurs propositions aux syndicats qui devaient les transmettre aux occupants de la salle de la Cité, les élus attendent désormais une réponse « d’ici demain matin ». Une assemblée générale se tient actuellement dans la salle de la Cité pour décider de la suite à donner à cette action.