Loi Travail: Le cortège s’élance à Rennes, le centre-ville se barricade

MANIFESTATION Plusieurs milliers de manifestants sont attendus avec la crainte de nouveaux débordements…

Jérôme Gicquel

— 

Plusieurs milliers de manifestants se sont élancés ce jeudi matin à Rennes de l'esplanade de Gaulle.
Plusieurs milliers de manifestants se sont élancés ce jeudi matin à Rennes de l'esplanade de Gaulle. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

La mobilisation contre la loi Travail porté par Myriam El Khomri ne faiblit pas à Rennes. Ce jeudi matin vers 11h30, un cortège de plusieurs milliers de manifestants s’est élancé de l’esplanade de Gaulle pour un défilé dans les rues du centre-ville.

Mercredi, le préfet Patrick Strzoda avait réuni les organisations syndicales pour leur demander de modifier le tracé initial du cortège par crainte de débordements. Après concertation, les syndicats ont finalement décidé de conserver le parcours prévu.

Un canon à eau et des barrières pour sécuriser le centre-ville

Cette neuvième mobilisation contre la loi Travail dans la capitale bretonne fait craindre de nouveaux débordements dans le centre-ville et des affrontements entre casseurs et forces de l’ordre. « On observe à chaque manifestation une tension de plus en plus croissante avec des militants radicaux de plus en plus violents. Il y a aussi le risque que certains lycéens soient instrumentalisés par ces éléments », a indiqué mercredi le préfet.

>> A lire aussi : Le préfet craint de nouveaux affrontements à Rennes

Pour limiter au maximum les risques de débordements, les forces de l’ordre ont été déployées en nombre dans le centre-ville. Les accès à la place de la Mairie et au Parlement de Bretagne ont été fermés par des barrières et un canon à eau a été installé rue d’Orléans.

Pour le préfet Patrick Strzoda, la consigne est claire. « Comme depuis le début de la mobilisation, nous voulons empêcher les casseurs de rentrer dans le centre historique de Rennes. Et les forces de l’ordre interviendront en réaction, quand cela sera nécessaire », assure le préfet.

Plusieurs établissements bancaires et des magasins ont également protégé leurs devantures pour éviter les dégradations.