Manifestation à Rennes: Le préfet craint de nouveaux affrontements

LOI TRAVAIL Le rassemblement s’élancera à 11h ce jeudi de l’esplanade de Gaulle…

Jérôme Gicquel

— 

Les manifestations contre la loi Travail sont à chaque fois émaillées de heurts à Rennes.
Les manifestations contre la loi Travail sont à chaque fois émaillées de heurts à Rennes. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Après deux semaines d’accalmie, la mobilisation contre la loi Travail reprend ce jeudi à Rennes avec une manifestation qui s’élancera à 11h de l’esplanade de Gaulle et qui pourrait rassembler « entre 7.000 et 8.000 personnes », selon les prévisions de la préfecture. Ce sera la neuvième mobilisation contre le projet de loi porté par la ministre Myriam El Khomri en un mois et demi dans la capitale bretonne.

>> A lire aussi : Douze plaintes contre des violences policières à Rennes

Et comme à chaque fois, les autorités craignent des débordements et des affrontements entre certains militants radicaux et les forces de l’ordre. « Il y aura de nouveau des exactions et des affrontements », prévient d’emblée le préfet Patrick Strzoda. « On observe à chaque manifestation une tension de plus en plus croissante avec des militants radicaux de plus en plus violents. Il y a aussi le risque que certains lycéens soient instrumentalisés par ces éléments », poursuit le préfet.

Près de 300 policiers et gendarmes mobilisés

Pour limiter au maximum les risques de débordements, le préfet et la maire de Rennes ont convoqué ce mercredi les organisations syndicales, en leur demandant notamment de faire évoluer le parcours du défilé initialement prévu. Les syndicats ont finalement décidé de conserver le tracé mais se sont cependant engagés à assurer la bonne tenue de la manifestation « en essayant d’organiser une zone tampon entre les casseurs et les militants pacifiques », précise le préfet.

>> A lire aussi : Des manifestants jugés pour des violences à Rennes

Côté préfecture, la stratégie sera la même que lors des précédentes manifestations. « Comme depuis le début de la mobilisation, nous voulons empêcher les casseurs de rentrer dans le centre historique de Rennes. Et les forces de l’ordre interviendront en réaction, quand cela sera nécessaire », justifie le préfet. Au total, ce sont près de 300 policiers et gendarmes, appuyés par un hélicoptère, qui devraient être déployés à Rennes pour assurer la sécurité dans le centre-ville.