Rennes: Qu'aurait bien pu faire Sylvain Wiltord pour son retour dans le foot?

SPORT «20 Minutes» a imaginé plusieurs autres scénarios de come-back pour l'ex-attaquant du SRFC, dont le coup de pub a été dévoilé...

Jeremy Goujon

— 

Sylvain Wiltord est notamment passé par Rennes, Bordeaux, Arsenal et Lyon durant sa carrière.
Sylvain Wiltord est notamment passé par Rennes, Bordeaux, Arsenal et Lyon durant sa carrière. — POL EMILE / SIPA

Sylvain Wiltord a tenu ce mercredi une conférence de presse pour le moins spéciale, afin de dévoiler la teneur de son « grand retour dans le football ». 20 Minutes a imaginé d'autres choix de carrière que ce (gros) coup de pub pour l’avenir du parrain de l’Académie Rouge et Noir.

  • Il va diriger les quatre prochains matchs du Stade Rennais

Alors que « Nino » s’apprête à prendre la parole, Rolland Courbis claque inopinément la porte du SRFC, lassé du lobbying pro-Christian Gourcuff. Ce dernier ne voulant jouer les pompiers de service pour la fin de saison en Ligue 1, les dirigeants rouge et noir, pris de court, nomment Wiltord à la sauvette.

Les premières décisions du néo-coach sont radicales : retour de son pote Mikaël Silvestre en défense (actuellement aux abois avec onze buts encaissés sur les cinq dernières journées), et titularisation de Kermit Erasmus en attaque. « C’est un mélange de Carlos Tévez et Romário, donc autant en profiter », argumente Sylvain Wiltord. Mais la mayonnaise ne prend pas, et Rennes termine 10e, juste derrière Nantes.

  • Il va faire l’Euro

Avec la mise au placard de Karim Benzema, l’équipe de France se trouve privée de son meilleur buteur en activité (27 réalisations). Olivier Giroud n’émergeant qu’à 14 pions sous le maillot bleu, Didier Deschamps décide de faire appel à un autre Gunner, autrement dit Wiltord (9e marqueur français de tous les temps avec 26 buts), histoire de gonfler les statistiques de sa sélection.

Si la classe biberon (Griezmann, Martial, Coman) accomplit un parcours sans faute, la France coince le jour J contre l’Angleterre. Du moins jusqu’à la déviation de la tête de Gignac pour le sauveur de la patrie, qui crucifie Joe Hart du gauche (1-0, 90e+4). Et bat largement, à 42 ans et deux mois, le record de l’Autrichien Ivica Vastić, plus vieux buteur dans une phase finale (38 ans et 257 jours).

  • Il va former les jeunes d’un club de DSR

À l’unique condition d’être rémunéré avec ses biscuits préférés.

  • Il va monter le premier girls band rennais

Dépourvu de section féminine, le Stade Rennais saute enfin le pas sous l’impulsion de Wiltord, instigateur d’une fusion avec le CPB Bréquigny et l’US Saint-Malo (D2). Comme pour faire la nique à Jean-Michel Aulas, Nino débauche d’abord toutes les stars de l’Olympique Lyonnais, la Bretillienne Camille Abily en tête, afin de s’assurer d’une tranquille montée en D1.

Après constitution d’une véritable dream team (les Américaines Alex Morgan et Hope Solo sont engagées, de même que la Brésilienne Marta), le SRFC version femmes réalise le triplé Coupe-championnat-Ligue des champions en 2018, remportant plus de trophées en une seule saison que le Rennes masculin dans toute son histoire. Suffisant pour ériger une statue en bronze du bienfaiteur à l’entrée du Roazhon Park.

  • Il va racheter le BDS

Conscient que le foot, c’est aussi une troisième mi-temps, Sylvain Wiltord acquiert le Bar des Sports (BDS), l’établissement ouvert dans la capitale bretonne par Romain Danzé, en décembre 2014. Nostalgique de ses virées au Pym’s ou au Delicatessen, hauts lieux de la nuit rennaise, le nouveau proprio transforme le resto en discothèque, où le Tout-Rennes se presse.

Mais le « Studio 74 » est contraint de fermer ses portes au bout de six mois, en raison d’une énième rixe entre joueurs et supporters mécontents. Touché à la main droite après avoir reçu des éclats de verre, Benoît Costil voit ainsi son transfert à l’OM capoter durant le mercato d’hiver 2017. Pour se faire pardonner, Wiltord convoque le gardien en équipe de France de footgolf, dont il est le sélectionneur.